Ismaïla Sarr ne s’est pas fait que des amis le week-end dernier lors de la victoire de Rennes face à Troyes (2-0). À l’issue de la rencontre, le coach aubois Jean-Louis Garcia n’y est pas allé de main morte pour dénoncer l’attitude du jeune attaquant sénégalais, à l’origine selon lui d’un penalty « imaginaire » avant d’être sanctionné d’un carton jaune pour une simulation dans la surface.

« J’ai vu dix fois l’image. C’est une simulation d’Ismaïla Sarr. De la tricherie. Il envoie sa jambe et tombe en tournant de façon pas naturelle. Il tombe souvent volontairement dans la surface, c’est un spécialiste. » Même son de cloche chez Rémy Walter, le milieu de terrain l’ESTAC. « On sait qu’il se jette tout le temps par terre, c’est une pleureuse. »
Létang et Lamouchi défendent leur joueur

Ne voulant pas polémiquer à la fin du match, l’entraîneur rennais Sabri Lamouchi a défendu son joueur jeudi en conférence de presse. « Je ne peux pas laisser dire que c’est un simulateur. Quand il simule, je trouve logique qu’il soit sanctionné. Mais quand, à chaque fois je suis obligé de le sortir sur blessure, ce n’est pas du lobbying pour le protéger », a-t-il indiqué. « Je trouve d’ailleurs que mes joueurs ne sont pas assez malicieux », a poursuivi Sabri Lamouchi.

Mi-février, le président rennais Olivier Létang était déjà monté au créneau pour s’insurger du traitement réservé à son attaquant par les défenseurs de Ligue 1. « C’est inacceptable. Il faut protéger les joueurs offensifs, créatifs et pas seulement Neymar. » « L’arbitre doit avoir le souci de protéger tous les joueurs. Les joueurs offensifs n’ont pas à avoir un statut plus important que les autres », lui répond l’ancien arbitre Bruno Derrien.

« Son style de jeu énerve, c’est certain »

Au Sénégal, les matchs de la jeune pépite, qui vient tout juste de fêter son 20e anniversaire, sont suivis avec beaucoup d’attention. Et aussi beaucoup d’appréhension. Car avec Neymar et Fekir, Ismaïla Sarr est le joueur de Ligue 1 qui est le plus visé par des fautes.

« Il a subi beaucoup d’attentats depuis le début de la saison. Avec sa pointe de vitesse et ses dribbles, la défense adverse peut facilement faire une faute sur lui. Son style de jeu énerve certains défenseurs, c’est certain, mais il n’en fait pas trop. Et dire qu’il triche ou simule, c’est vraiment mal connaître le joueur », assure El Hadji Touré, rédacteur en chef du site Galsenfoot.

Touché au pied le week-end dernier, Ismaïla Sarr sera bien dans le groupe rennais ce samedi pour la rencontre face à Amiens. Sur la pelouse du stade de la Licorne, sûr que les défenseurs picards l’auront à l’œil. Encore plus même depuis la polémique du week-end dernier.