PARTAGER

Pour son premier match officiel post-CAN, Aliou Cissé a ratissé large avec 26 Lions sélectionnés pour faire face au Nzalang Nacional de la Guinée équatoriale, le 10 juin prochain à Dakar, pour le compte de l’acte 1 des éliminatoires de la CAN 2017. Le sélectionneur national se veut serein misant sur le collectif.

Diallo et Khadim sans compétition

La situation de nos gardiens de but est préoccupante. tout entraîneur aimerait avoir tous ses joueurs compétitifs. Mais, cela fait partie de la vie d’un footballeur. Khadim Ndiaye a quelques problèmes avec son club. Tout comme Abdoulaye Diallo qui a un problème de temps de jeu. Au début, il a joué beaucoup de matchs. Malheureusement, c’est après la coupe d’Afrique qu’il a perdu sa place. Malgré tout, ces garçons restent professionnels. Ils s’entraînent avec leurs équipes et jouent avec les équipes réserves. Pour moi, il n’y a pas de gros problème. C’est vrai qu’il n’y a pas que les gardiens de but dans cette situation. Il y a certains joueurs qui sont dans le même cas. Après la dernière CAN, beaucoup d’entre eux ont eu un problème à ce niveau. Leur temps de jeu reste faible. vous connaissez les raisons. dans les clubs européens, la CAN n’a pas beaucoup d’intérêt. Khadim ou Abdoulaye, on les observera pour voir leur état de forme durant ces quinze jours de rassemblement. Mais, personnellement, je ne m’inquiète pas trop. Il n’y a pas de souci. Je sais qu’ils sont capables d’être prêts au moment où on aura besoin d’eux.

Absence de Moussa Konaté

Concernant Moussa Konaté, je le répète encore, ce sont des choix que je fais. tout le monde connaît mes relations avec Moussa Konaté. Là, nous sommes en fin de saison. on préfère rester dans la continuité de ces deux derniers matchs que nous avons joués contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire (amicaux joués en mars et soldés tous deux par des nuls 1-1, ndlr). Après, on verra un tout petit peu l’évolution de nos joueurs. Là où ils iront, dans quel championnat ils seront pour préparer l’acte 2 de cette génération.

Première d’Arial Mendy et Clément DIOP

Si ces deux joueurs sont là, c’est parce qu’on a misé sur leur compétitivité et leur talent. on a la conviction qu’ils peuvent nous apporter quelque chose dans l’évolution de cette équipe. Arial Mendy est un garçon du cru, qui joue à diambars. vous savez qu’on a d’énormes difficultés sur notre flanc gauche. Cheikh Mbengue et Saliou Ciss sont blessés sans oublier Pape Ndiaye Souaré. Pour moi, c’est important de voir un tout petit peu au niveau de l’équipe locale. J’en ai discuté avec Moustapha Seck qui s’occupe de l’équipe locale et on a pensé qu’Arial peut faire l’affaire. Pour Clément diop, il fait partie aujourd’hui des meilleurs gardiens aux États Unis. C’est un garçon qui découvre la tanière. Il a énormément de qualités et il a joué avec les petites catégories en France. Je n’ai pas eu trop de mal à le convaincre parce qu’il avait ce désir de venir répondre à l’appel de la Nation. C’est un garçon que vous allez découvrir, il est plein de qualités.

Blessures de Sadio, Kouyaté, Ciss,…

Quand vous avez Sadio Mané, Cheikhou Kouyaté, Saliou Ciss et Cheikh Mbengue blessés, ça vous pousse à avoir une autre réflexion. Comme je le dis souvent, je suis en train de constituer un groupe avec un projet collectif. Un projet très fort. Pour moi, c’est le collectif qui doit être au dessus de tout, même si ces joueurs là sont importants. depuis ma prise de fonction, ils ont toujours été là. Ça permet à d’autres joueurs de pouvoir s’exprimer. L’équipe du Sénégal a assez de qualités pour pallier les absences de ces joueurs là. C’est aux garçons qui sont convoqués d’être motivés, concernés et d’être prêts à donner le maximum pour le collectif.

Baye Oumar Niasse encore oublié

Baye oumar fait partie des attaquants susceptibles d’être appelés. Mais, comme vous le constatez de vousmêmes j’ai trois attaquants qui évoluent dans le même registre que lui. Je suis satisfait du travail qu’ils sont en train de faire. Que ce soit Babacar Khouma, Moussa Sow, Famara diédhiou voire Mame Biram diouf. Maintenant, il est clair que je ne peux pas sélectionner que des attaquants. on a besoin de l’équilibre derrière, au milieu et devant. Baye oumar a connu un début de saison difficile. Quand il a rejoint Hull ses performances étaient quand même intéressantes. C’est un garçon que j’apprécie beaucoup. on a d’autres matchs très importants qui nous attendent. Et comme je l’ai souvent dit : l’équipe nationale reste ouverte à tout le monde. Aujourd’hui, il n’en fait pas partie. Cela ne veut pas dire que demain, il n’y sera pas.

Retouches dans l’entrejeu

C’est sûr que quand Cheikhou n’est pas là, numériquement il faut le remplacer. on verra. Parce que nous, on utilise souvent deux systèmes : le 4-3-3 ou le 4-2-3-1. Mais, on a assez de bons joueurs pour évoluer dans plusieurs systèmes. des garçons comme Salif Sané et Alfred Ndiaye peuvent évoluer en sentinelle. on sait que Gana Guèye joue comme relayeur, Pape Alioune Ndiaye est, lui, capable de se projeter tout comme Cheikh Ndoye. En réalité, il n’y a pas de souci. Ce qui est important, c’est notre philosophie, notre identité et le style que l’on veut mettre en place. Nous voulons que nos joueurs se l’approprient et arrivent collectivement à trouver des solutions. Je reste persuadé que c’est sur un projet collectif et fort que l’on gagnera des titres. Il est clair qu’il y a des individualités capables de faire la différence. Mais, aujourd’hui, tous nos joueurs doivent comprendre que le collectif doit être au dessus des individualités. Si on le comprend, on y arrivera.

Standing des Lions

Quand je vois, aujourd’hui, Ngolo Kanté élu meilleur joueur d’Angleterre, je suis heureux parce que c’est un joueur de devoir, qui bonifie une équipe. Il prend ce titre devant les Hazard ou encore Ibrahimovic qui sont des créateurs. J’aimerais, parfois, dans cette équipe nationale, que l’on me parle de la classe d’un Kara Mbodj, de  l’abattage de Cheikhou Kouyaté ou encore de l’abnégation d’un Gana Guèye sans oublier la vision de jeu de Kalidou Koulibaly ou de Lamine Gassama. Je veux que l’on me parle de ces joueurs. Ce serait bien que l’on arrête de parler de joueur capable de porter cette équipe. Personne ne peut porter cette équipe du Sénégal individuellement. depuis des années, on a toujours dit qu’il faut que tel joueur porte l’équipe. Moi, je ne crois pas à ça. Je crois au collectif et tant que l’on continuera à travailler dans le collectif, on sera une très belle équipe, compétitive et crainte partout en Afrique.

Amical contre l’Ouganda

on a choisi l’ouganda pour un match amical parce que, comme vous le savez, les garçons vont arrêter la compétition à partir de cette semaine. donc, ils resteront pratiquement 15 jours sans rien faire. C’est pourquoi, nous avons jugé important d’organiser un match amical à cette période-là. Aujourd’hui, c’est l’ouganda, ça aurait pu être la Mauritanie ou la Gambie. C’est important de compétir avant ce match officiel du 10 juin prochain. Les entraînements ne suffiront pas pour trouver le rythme. on sait que l’ouganda rentre dans la ligne droite de ce qu’on veut faire. C’est une équipe solide, costaude bien organisée. Ça nous permettra de retaper nos joueurs sur le plan physique et athlétique.

Regard sur la Guinée équatoriale

Parant de la Guinée équatoriale, on sait que c’est une équipe joueuse, une équipe capable de faire de très belle chose. Je crois que c’est l’alignée du Cap vert, avec des joueurs techniques très doués et très forts. Il ne faut pas s’attendre à voir une équipe qui va rester derrière. Je crois que c’est une équipe qui va crânement défendre ses chances. C’est à nous de relever notre niveau de jeu pour être à la hauteur. À ce niveau, il n’y a pas d’inquiétudes à se faire. Je reste persuadé que le chemin qu’on a pris avec cette équipe là depuis quelque temps est le bon. Nous allons continuer dans ce sens.

Choix des joueurs locaux

Concernant l’équipe nationale, on ne fait pas de cadeau. Si j’ai sélectionné ces joueurs locaux, c’est tout  simplement ce qu’ils font sur le plan local est assez intéressant. L’équipe nationale A du Sénégal n’est pas un lieu où on fait plaisir. Non. Si j’ai choisi ces locaux, c’est parce qu’on en a discuté avec le staff mais aussi avec les entraîneurs locaux qui m’ont donné leurs avis. Que ce soit Arial (Mendy) ou Adama (Mbengue). Avant, il y avait Pape Seydou Ndiaye. N’oublions pas aussi Ismaïla Sarr, avant qu’il ne parte à Metz, il faisait partie de ces joueurs locaux. Je peux y ajouter Moussa Wagué. S’ils sont capables d’apporter un plus et de rester dans le projet que je suis en train de mettre en place, ils seront les bienvenus. Ne vous inquiétez pas. S’ils doivent jouer, ils joueront et ils seront mis au même pied que les autres joueurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here