PARTAGER

Une fois n’est pas coutume, il n’y a pas eu de conférence de presse d’après match. L’envahissement du terrain par les supporters ivoiriens oblige. Mais Aliou Cissé, trouvé dans le hall de l’hôtel des Lions un peu après 23 heures, est revenu sur la rencontre et les échéances qui attendent le Sénégal. 

La fin de match

«Ce n’est pas une image que l’on aime voir dans le football, encore moins dans le foot africain. On a eu la chance de jouer sur une belle pelouse, il y avait du monde et ça devait être une fête du football africain avec deux belles équipes. C’est assez regrettable que cela se termine ainsi. Ce n’est pas en réalité la première fois que cela se passe à Charlety. Je me rappelle quand cela nous est arrivé contre le Maroc. Je ne comprends pas pourquoi. Peut-être que le stade est difficile à gérer sur le plan de la sécurité. Pour les joueurs, ce n’est vraiment pas sécurisant. Le foot africain n’a pas besoin de ça. Si on veut être respecté, il faut qu’on se respecte d’abord.»

Le contenu

«Le contenu n’a pas été mauvais. C’est comme contre le Nigeria. On marque en premier en jouant bien, en défendant ensemble et en attaquant ensemble. On a essayé de fixer l’adversaire au milieu et passer sur le côté. On a eu pas mal d’opportunités. Sur ce match, on aurait pu avoir un ou deux penaltys. Même le but que l’on marque est valable. Pour moi, il n’y a rien. On a eu un bon fil conducteur. Je pense que nous sommes sur le bon chemin. Ce que je regrette, c’est peut-être ces erreurs individuelles qui permettent à nos adversaires de revenir. Il faut essayer de les gommer pour justement gagner ce genre de match.»

Les nouveaux joueurs et les jeunes

«La satisfaction vient sur le plan collectif. Ce sont des garçons qui connaissent déjà la Tanière. Il n’y a rien de nouveau pour eux. Que ce soit pour Alfred (Ndiaye) ou Salif (Sané). Pour les nouveaux Adama et Moussa Wagué, des gens peuvent penser que c’était trop tôt mais pour moi ces matchs amicaux doivent nous servir à ça. Aujourd’hui, je suis satisfait de leur prestation. C’est une génération qui tape à la porte de la sélection depuis un moment. Il y a d’autres jeunes que l’on continue à suivre. Il y a les Sidy Sarr, Moussa Koné, Ousseynou Thioune. Je peux en citer beaucoup. C’est dommage qu’ils n’aient pas pu se qualifier aux JO comme la génération des Gana, Kouyaté et Sadio en 2012.»

Les prochaines échéances

«Aujourd’hui, nous avons de plus en plus de certitudes dans notre jeu. Nous sommes en train de mettre un football assez intéressant. Et je pense que l’on peut marquer davantage de buts par rapport à ce que l’on fait actuellement. Nous allons vers des matchs décisifs. Et il faudra être plus efficace pour les gagner. Ce sont des rendez-vous importants pour le Sénégal. Nous voulons aller à la Coupe du monde. Y aller permet au football sénégalais de se développer davantage sur tous les compartiments. Ne pas se qualifier serait une grosse  déception. Nous avons de bons joueurs. Nous avons une bonne équipe et ce que je vois me rassure. Leur attitude à l’entraînement et aux matchs me rassure.»

Les 4 matchs nuls d’affilée

«On aurait pu gagner ces matchs-là. Sur les deux derniers matchs sans ces erreurs individuelles évitables, on aurait pu gagner. Il y a eu beaucoup de changements aussi sur les matchs. On a également essayé des  systèmes. Le contenu est bon même si on doit continuer à avoir cette culture de la gagne. Le football est fait ainsi. La culture de la gagne sera toujours notre ADN. Je reste persuadé que c’est à travers le jeu que l’on gagnera.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here