Le coach de “Lions” Aliou Cisse  est revenu sur le début de la préparation des matches contre l’Ouzbékistan et  la Bosnie.

«Ce matin, nous avons travaillé tout ce qui était conservation et progression. Cet après-midi, on a enchainé avec le déséquilibre de l’adversaire. On sait que l’équipe du Sénégal est bon en attaque rapide et en attaque placée. Le travail d’aujourd’hui consiste à performer tout ce qui est bloc bas ou encore bloc dense. Ça demande du temps. Avant la Coupe du Monde, on a deux matches et si le groupe se dessine on en aura trois autres. C’est une grande compétition et ça commence aujourd’hui”  explique le patron technique de la tanière.

Interpellé sur son premier match contre un pays non africain Aliou Cissé de dire “C’est mon baptême de feu et ce sera un autre baptême de feu. Nous aborderons cette confrontation avec beaucoup de sérénité et de confiance. Nous travaillons pour ça. Nous faisons ce métier pour jouer de gros matchs et je pense que l’Ouzbékistan est un bon sparring-partner pour nous permettre de bien préparer Russie 2018. Tout comme la Bosnie. Ce sont des matchs qui nous donneront le temps de revoir le système mais aussi de revoir les joueurs qui n’ont pas eu beaucoup de temps de jeu. Ce sera aussi l’occasion de revoir des garçons qui sont tout prêt du groupe”

Avant de poursuivre : «Le Groupe est quasiment au complet. C’est vrai qu’en venant Gana a eu une déchirure. Il en a pour trois semaines. J’ai voulu qu’il soit là pour faire constater sa blessure et être avec ses coéquipiers, c’est ce qu’il a pu faire. Mame Biram Diouf comme vous le savez, il y a deux semaines, a eu un coup au niveau de l’épaule tout comme Moussa Sow qui a un peu de problème au niveau de sa cheville. Moussa Konaté quant à lui, il est arrivé en retard. On a voulu les aménager cet après-midi. Ils vont rejoindre le groupe dès demain. Ça dépendra de sa fraicheur physique mais aussi de l’évolution de sa blessure. En tout cas, je le souhaite et j’espère que ça ira bien. Je connais bien Mame Biram Diouf, il est costaud et il va se battre pour revenir le plus rapidement possible. S’il ne joue pas le premier match, on aimerait le voir au second.
Il y a eu beaucoup de facteurs qui entrent en jeu. Il n’y a que deux pays d’Afrique noire qui sont qualifiés : le Sénégal et le Nigeria. S’il y en avait d’autres pays, peut-être qu’on jouera l’équipe du top 10 comme vous le dites. Mais, il n’y a rien qui prouve que le Sénégal est meilleur que l’Ouzbékistan ou encore la Bosnie. Tout le monde sait que les matchs internationaux sont très bien disputés et très difficiles. Ce qui est important pour moi, c’est de jouer. Nous sommes très heureux de joueur avec ces équipes. »