PARTAGER

Du haut de ses 155 matches en Ligue 1, le solide défenseur sénégalais du Racing Club de Strasbourg aborde la saison en terrain de connaissance. Avant de défier l’Olympique Lyonnais, Kader Mangane insiste sur l’objectif à ne pas perdre de vue, le maintien, et sur les ingrédients nécessaires au projet. 

Comment abordes-tu la saison, sur un plan individuel et collectif ?

Maintenant, on a hâte d’y être. Personnellement, j’espère réaliser une belle saison, surtout avec moins de pépins physiques que l’année dernière. Sur un plan collectif, les choses sont clairement définies. On va essayer d’accrocher le maintien. L’idée forte, c’est de ne jamais rien lâcher ! L’état d’esprit sera un élément central de la réussite. Il a été décisif pour monter. Il faudra être encore plus fort, cette saison, dans ce domaine. Il y aura des moments difficiles mais si on reste solidaires, on doit s’en sortir. Nous devons avancer en étant fiers de porter le maillot du Racing.

Avec une ouverture à Lyon et trois matches à l’extérieur sur les quatre premiers, vous serez très vite dans le bain…

C’est sûr que ce n’est pas le plus facile pour commencer. Mais c’est comme ça, on est prêts ! C’est un moment où il faudra essayer de glaner des points dès que l’occasion se présentera. Ce sera compliqué mais on n’a pas l’intention d’être un cadeau pour nos adversaires. Lyon, c’est le TOP 5 français. On va y aller avec l’intention de mouiller le maillot et, aussi, de poser des problèmes à notre adversaire.

Peut-on dire que passer de la L2 à la L1, c’est changer de monde ?

Ce n’est pas comparable. C’est pourquoi nous rencontrerons forcément des moments difficiles. Il n’y a pas de Messi ou de Neymar dans notre effectif mais j’ai confiance dans notre groupe. J’espère que, de match en match, nous allons progresser et apprendre. Notre force doit être collective. La solidarité sera essentielle. Sur le terrain, il y aura onze joueurs de chaque côté. Cette aventure, nous l’abordons avec un groupe où chacun sera concerné. J’ai envie de dire, peu importe les 18 qui sont sur la feuille de match. La saison est longue. L’équipe qui débutera le championnat ne sera pas forcément celle qui la terminera.

Le public, qui a été si important ces dernières années, aura encore un rôle essentiel à jouer…

Il est fabuleux et il le sera encore. C’est un 12e homme dont le rôle est énorme. L’an passé, il nous a aidés à chercher les points qui ont permis la montée. Je crois que les gens ont déjà compris que ce sera parfois différent. Cette saison, son soutien sera peut-être, de temps en temps, un élément déterminant pour arracher un match nul. Car, nous le savons, chaque point comptera.

Tu fais partie de ceux qui connaissent bien la Ligue 1. Avec ton expérience, quel rôle comptes-tu jouer dans le vestiaire ?

Justement, j’espère partager mon expérience, sur le terrain et en-dehors, apporter de la sérénité. Une seule personne ne fait pas tout. Il faut que tout le monde tire dans le même sens. Je vais essayer d’accompagner ce mouvement. Je suis quelqu’un qui essaie de dialoguer. C’est important de dire les choses quand c’est nécessaire. J’ai été capitaine à Rennes et en équipe nationale du Sénégal, c’est donc quelque chose que je connais assez bien. Mais ce qui compte surtout, c’est la prise en compte collective. C’est une année où chacun doit se sentir responsable.