PARTAGER

Prêté au TSV Munich 1860 par le FC Porto, Abdoulaye Bâ a réalisé de belles performances au sein du deuxième grand club de Munich après le Bayern. Avec 18 matchs joués, le longiligne défenseur a été sacré meilleur étranger du club. En vacances à Saint-Louis, le défenseur international a parlé de son futur club, de l’équipe nationale et de la Linguère de Saint-Louis reléguée en L2. 

Quelles appréciations faites-vous des six mois passés au Munich 1860 ?

Cela a été une belle expérience pour moi. Munich 1860 est le deuxième club de la ville de Munich derrière le Bayern. Pour moi, ça s’est bien passé, parce que je n’ai fait que six mois là-bas et les fans clubs m’ont élu meilleur étranger du club. Cela a été un énorme plaisir pour moi, car ce genre de distinction nous pousse à aller de l’avant et mieux préparer la saison à venir.

Justement, vous étiez en prêt à Munich 1860, est-ce qu’on peut avoir une idée du club où évoluera Abdoulaye Bâ cette année ?

Non, je le garde pour moi (rires). Ce sera une grande surprise. Tout ce que je peux dire, c’est que je remercie le bon Dieu, mes parents, car aller dans un club et réaliser des performances en étant meilleur joueur étranger du club, être nommé dans le onze-type de la saison, tout ça en six mois, ce n’était pas gagné d’avance. Pour ce qui est du club ou je vais jouer cette année, je ne peux encore rien dire car Dieu Seul sait ce qui va se passer demain. Mais une chose est sûre : on va entendre Abdoulaye Bâ très fort et très haut inch’Allah.

Vous faites partie de l’actuelle génération qui joue en équipe nationale. Mais depuis quelque temps, on ne vous voit plus en sélection…

J’aurais aimé demander la raison à Aliou Cissé. Mais d’autre part, je le comprends car l’entraîneur doit faire des choix qui ne sont pas toujours faciles. Je pense que le plus important c’est de croire en ses qualités. Je connais mes qualités et je sais ce que je vaux. Les clubs où j’ai joué jusqu’ici savent ce que je peux apporter. Mais comme je le dis, chaque entraineur a ses choix. Peut-être qu’en ce moment ses choix ne sont pas tournés vers moi. Maintenant, c’est à moi de me montrer davantage en club et s’il voit que je peux l’aider dans son projet, alors ce sera avec plaisir que je reviendrai. Aliou Cissé me connait bien, les dirigeants me connaissent, donc je ne me présente pas. Mes performances je les ai montrées dans toutes les catégories : cadets, juniors et chez les Olympiques où j’étais capitaine. En équipe nationale senior, je n’ai jamais perdu un match. Comme je l’ai dit, je vais continuer à travailler en club et si le coach voit que je peux apporter quelque chose, je n’hésiterai pas à venir donner un coup de main.

Vous avez évolué dans les championnats portugais, espagnol, turc et allemand. Pensez-vous que cela peut être un atout pour revenir en sélection ?

Il est vrai que j’ai acquis beaucoup d’expérience dans ces quatre pays, mais la sélection ne dépend pas toujours du joueur. Tous les joueurs sénégalais rêvent de jouer en équipe nationale, mais c’est à chaque joueur de montrer des performances pour convaincre l’entraîneur et son staff technique. Si l’entraineur voit que le joueur peut lui apporter quelque chose, Il n’hésitera pas à le contacter pour lui donner la chance de venir défendre les couleurs nationales. Mais, pour moi, la priorité c’est de continuer à briller encore en club pour faire plaisir à ma famille, aux amoureux du football et à tous les Sénégalais. Après, si je suis sélectionné c’est un bonus, dans le cas contraire la vie continue car j’ai une carrière à faire et j’ai aussi d’autres projets dans la vie. En équipe nationale, c’est l’entraîneur qui fait les choix et ils doivent être respectés.

Qu’est-ce que cela vous fait de voir votre club formateur, la Linguère de Saint-Louis, reléguée en Ligue 2 ?

Je pense qu’il faut tout faire pour revenir rapidement dans l’élite. La descente est une réalité déjà consommée, maintenant il faut mettre en place un projet pour permettre à l’équipe de revenir dans l’élite et continuer à jouer les grands rôles. Je ne peux pas comprendre pourquoi la Linguère ne peut pas rivaliser avec les autres clubs pour gagner le championnat. On doit faire le maximum pour que le football saint-louisien émerge ; c’est cela mon point de vue. Il y a du talent à Saint-Louis. Par le passé, beaucoup de joueurs formés à Saint-Louis ont réussi de belles choses en Europe. Donc, je pense qu’on doit tout faire pour permettre à la Linguère de revenir dans l’élite du football national.