PARTAGER

Suspendu par la Fédération Sénégalaise de Football (FSF) après les incidents parvenus lors du match Cossan – Khombol, Amara Traoré a saisi l’occasion d’adresser une lettre au président de la commission de discipline de l’instance dirigeante du football sénégalais pour clarifier les véritables faits selon lui.

Saint-Louis, le 14 mai 2017

A Monsieur le Président de la Commission de Discipline s/c de la Fédération Sénégalaise de Football DAKAR

Monsieur le Président,

Je ne comprends pas l’acharnement des officiels (Arbitres, Inspectrice des Arbitres, Délégué Fédéral) à mon égard.

J’aurais surtout souhaité, Monsieur le Président, disposer de toutes les charges d’accusation pour mieux vous apporter les éléments de réponses souhaités à défaut d’être entendu.

J’ignore ce qu’on me reproche personnellement et réellement pour vous dire toute la vérité en ma qualité de spectateur lors de cette rencontre mais conseiller du Président de l’équipe de football et passionné de cette discipline qui reste une partie de ma vie.

Comment les arbitres ou soientØ disant officiels peuvent-ils, après avoir quitté le terrain, m’attribuer l’arrêt définitif de la rencontre alors que l’aire de jeu était envahie ?

Je vous présente ci-dessous, la version des faits :

Les supporters des deux clubs ont commencé à s’affronter sur les gradins ; ne pouvant contrôler ce déferlement, le policier lança deux grenades lacrymogènes en direction des supporters de THIOSSANE pour les dissuader.

Toutes les personnes de bonne foi peuvent témoigner que l’envahissement du terrain est occasionné par l’arrêt de la partie par l’arbitre suite à la chute du gardien de but de THIOSSANE atteint par la fumée asphyxiante des grenades lacrymogènes.

Je suis entré dans l’enceinte de jeu après l’envahissement du terrain pour échapper, comme tout le monde, aux jets de pierres, œufs et sachets d’eau que les dirigeants de THIOSSANE et leurs supporters, massés sur la tribune, nous lançaient.

Cette action non négligeable du policier, Monsieur le Président, démontre à suffisance, que les supporters et dirigeants de ce club sont à l’origine de cette barbarie.

Retenons bien que les grenades lancées ne l’ont pas été en direction des supporter de l’ASSUR.
Je vous saurais gré, Monsieur le Président, d’interpeler l’agent de police pour mieux appréhender les raisons et mobiles de son geste.

Nous comprenons les raisons qui ont amené les officiels à agir de la sorte. Pour rappel, dans l’une de ses correspondances adressées à la FEDERATION SENEGALAISE DE FOOTBALL, bien avant le match. L’ASSUR avait anticipé sur le choix rigoureux des officiels pour une impartialité totale compte tenu de l’enjeu de la rencontre.

Ainsi, Monsieur le Président, la clarté attendue sur les différents rapports des officiels vous fera défaut pour cause de leur partialité.

La rédaction des éléments de la sécurité (Un (01) policier et Deux (02) ASP), la gratuité des entrées, le choix bien orienté des officiels (Tous de la Ligue de Thiès), le non-respect des recommandations de la FSF par la LIGUE DE THIES confirment aisément l’option préméditée de la défaite de l’ASSUR.

J’ai été attaqué et blessé puis, acheminé aux urgences de l’hôpital de Mbour ou j’ai bénéficié des soins et obtenu un Certificat Médical d’incapacité de Dix (10) jours.

Voilà Monsieur le Président, la version des faits présentée à la Commission de Discipline suite à son interpellation.

En vous remerciant d’avance, recevez Monsieur le Président, l’assurance de ma très haute considération.

Amara TRAORE
Conseiller du Président de l’ASSUR
Ex-sélectionneur de l’Equipe Nationale
de Football du Sénégal