PARTAGER

Interpellé par nos confrères de l’Obs et de Stades, l’ancien attaquant et entraîneur des Lions de la Teranga demande aux amateurs de parler de la situation actuelle avec beaucoup d’attention.

Tout le monde joue, à l’exception de certaines ligues, où la petite catégorie, surtout les cadets, n’existe pas. De plus en plus, les compétitions organisées par la Ligue Pro et la Fédération sont maîtrisées. Les filles jouent les “navétanes“, le Beach soccer est en train essor, le futsal s’organise, même le dimanche matin, les anciens footballeurs jouent. Depuis trois ans, il y a une politique de resserrement de l’élite nationale, avec une Nationale 1 à deux poules, une Nationale 2 à quatre poules, etc…“, note l’ex-coach d’Horoya AC.

L’ancien coach des Lions n’a pas aussi manqué d’alerter les sportifs à faire attentions : “aux réactions épidermiques et populistes“. Car, dira-t-il, “c’est l’élite internationale de notre football qui ne marche pas bien, ce que je n’ai pas arrêté de signaler depuis un certain temps. J’invite la Fédération de football à se pencher sur ce problème, je veux dire par là, l’élite jeune ( sélections jeunes) l’élite au niveau des clubs (compétitions africaines) et enfin, notre chère Equipe Nationale…“.

Amara Traoré encourage “la Fédé et à la Ligue Pro, pour l’organisation et la maîtrise des calendriers de notre football local“.