PARTAGER

Les Lions ont rarement connu pareilles mésaventures ces dernières années. Les soucis logistiques et d’ordre administratif, on les croyait rangés aux oubliettes, à l’époque où les footballeurs se dandinaient sous des tenues qui ne ressemblaient à rien. À 48 heures de son match amical contre le Nigeria, prévu ce jeudi à Londres, l’équipe du Sénégal patauge dans les difficultés indignes d’une équipe de haut niveau.

Il y a d’abord les problèmes de visas pour entrer au Royaume-Uni. Dix des 26 Lions convoqués par Aliou Cissé n’ont pas encore rejoint la Tanière. Ils sont bloqués à Paris, en France, pour accomplir les formalités d’obtention de leurs titres de séjour pour l’Angleterre. Sont concernés : les joueurs évoluant en Afrique, ceux qui jouent en Italie, ainsi que les pensionnaires des championnats français, turc et belge ne disposant pas de passeport européen.

Faudrait-il en rire ou en pleurer ? Certains Lions ne comprenaient pas la procédure à suivre en ligne avec, notamment, les innombrables questions de l’application complexe. La faute peut être certes imputée aux Britanniques, mais les responsables fédéraux ne sont pas exempts de reproches. Ils ont choisi de faire les formalités en France, plutôt qu’à Dakar, et ils ne sont pas partis à point.

Pour sa défense, le vice-président de la Fédé, Abdoulaye Sow, assure que s’acquitter des formalités à Dakar aurait pris «deux à trois semaines» et qu’il était impossible de prendre les devants. il jure : «La liste des joueurs est publiée 15 jours avant le match et on ne peut pas anticiper car on ne peut pas entamer des procédures sans connaître les joueurs qui seront convoqués par l’entraîneur. D’abord, ça poserait le problème de la confidentialité de la liste, mais ensuite, il serait difficile de faire certaines démarches avec les joueurs sans qu’ils aient reçu leur convocation.»

Dans tous les cas, Aliou Cissé devra dérouler sa préparation sans une bonne partie de ses hommes. Sans compter que le choix de Paris pour accomplir les formalités pour le visa, coûte plus cher aux caisses de la Fédé : chaque demandeur devra débourser 900 euros (près de 600 mille francs CFA).

Puma de retour

Ensuite, il y a les problèmes d’équipements. Pour affronter le froid de Londres (7 degrés), les Lions ont dû recourir à leur ancien équipementier, Puma. Ils se sont affichés sous des parkas de cette marque sur les réseaux sociaux.

Leur équipementier, Romai, doit s’en mordre les doigts. Interrogé sur cet impair, Abdoulaye Sow affiche sa surprise en informant que l’intendant de la Tanière a bel et bien voyagé avec les articles signés Romai.

Le Sénégal doit affronter le Nigeria ce jeudi à Londres, pour le premier des deux matches amicaux prévus ce mois-ci. Lundi prochain, à Paris, les Lions feront face aux Éléphants de Côte d’Ivoire pour la deuxième rencontre.