Partager

Le rêve de Pape Jean Koukpaki de disputer une dernière Coupe du monde est tombé à l’eau. C’est le moins que l’on puisse dire à l’endroit du joueur qui a été renvoyé de l’équipe nationale après l’interview qu’il a accordée samedi dernier au journal Le Quotidien. On lui reproche d’avoir dénoncé le manque de considération de l’Etat envers les Lions de la plage suite à leur 4ème sacre continental au Nigeria. Joint par Le Quotidien, Koukpaki confirme et explique : « C’est ce dimanche vers 20 heures que l’entraîneur de l’équipe national (Ngalla Sylla) est venu chez moi pour reprendre mes équipements en me faisant savoir que je suis renvoyé de l’équipe. Il m’a dit que la décision vient de Ibrahima Ndiaye « Chita » (le manager général de l’équipe). Je ne retire rien de mes propos, je n’ai dit que la vérité comme l’avait fait Alseyni Ndiaye concernant les primes.

« Chita » refile la patate chaude à Ngalla Sylla

S’il a confirmé l’exclusion de Pape Jean Koukpaki, le manager général des Lions du beach soccer, Ibrahima Ndiaye « Chita » rejette la responsabilité de la décision sur l’entraîneur « Ngalla Sylla a pris ses responsabilités. Koukpaki ne devait pas sortir dans la presse pour s’en prendre aux autorités. Ce sont des propos qui mettent mal à l’aise. Une communication se gère », s’est emporté l’ancien international de football.