Partager

Ancien joueur international du Sénégal, El Hadj Ousseynou Diouf, a dressé le bilan de la Can 2017 au micro de nos confrères de BBC Afrique.

« C’est un bilan positif dans l’ensemble. Il faut féliciter la Caf et les organisateurs. Nous avons assisté à une belle fête à l’ouverture, le tournoi s’est bien déroulé. On a assisté à une cérémonie de clôture en apothéose avec la très belle victoire de l’équipe du Cameroun. Le Cameroun va organiser la prochaine coupe d’Afrique, c’est clair qu’ils vont défendre leur titre de champion », a dit le double Ballon d’or Africain, El Hadj Ousseynou Diouf qui profite de l’occasion pour encourager toutes les équipes qui ont participé à cette Can et qui auraient souhaité la remporter.

Pour l’ancien numéro 11 des « Lion »s du Sénégal, le Cameroun a été l’équipe la plus disciplinée, la plus sérieuse dans ce tournoi. Personne ne l’attendait à ce niveau, mais c’est la loi du sport.

« Il n’y avait pas de grands attaquants dans cette Can, ni de grands joueusr. Contrairement aux autres éditions qui ont enregistré la présence de grands attaquants qui étaient au sommet de leur art. Si on n’enregistre pas la présence de grands attaquants dans une compétition, forcément il n’y aura pas beaucoup de buts », explique El Hadj Diouf sur la question de l’efficacité des attaquants.

Selon lui, le niveau de jeu est faible. « Certes la finale a été belle, mais dans l’ensemble de la compétition, il faut dire qu’on a connu mieux. Peut-être qu’on ne travaille plus assez, peut être les joueurs ne veulent plus venir jouer en Afrique ».

« Je pense que c’est le moment de faire le bilan aussi bien pour mon pays, le Sénégal que pour l’Algérie. Il est temps de se mettre autour d’une même table pour analyser tout cela. S’agissant de l’Algérie, c’est une déroute car ils ont pris un entraîneur qui n’est pas en phase avec la jeunesse, il n’a pas été à la hauteur surtout avec tous les joueurs qu’il avait à sa disposition », c’est du moins les propos de l’ancien sociétaire de Lens (club Française).
Il souligne : « le niveau de football Africain a régressé, car à notre époque et même avant, les Africains arrivaient à titiller les grands du football mondial, mais sur ce que j’ai vu, ce sera difficile pour nos équipes de faire très bonne figure pendant la prochaine coupe du monde (Russie 2018) ».