PARTAGER

Dans un entretien accordé à la chaîne Youtube DevolProd, Ferdinand Coly revient sur le parcours du Sénégal à la Can 2017 et les débuts sur le banc de son ancien coéquipier en sélection nationale, Aliou Cissé. L’ancien défenseur international sénégalais de la Génération 2002, qui a vu les premiers pas de Sadio Mané en sélection, estime que l’usage de la méthode forte est salutaire pour la Tanière. Morceaux choisis…

 

LE PARCOURS DES «LIONS»

«Déjà, on s’est qualifié avec brio à cette Can 2017. On est tombé sur un groupe très difficile (avec la Tunisie, le Zimbabwe et l’Algérie, ndlr) et on a su tirer notre épingle du jeu en terminant premier de la poule. Je pense que Aliou Cissé tient son groupe.»

 

LA MÉTHODE ‘‘ALIOU CISSÉ’’

«Aucune méthode n’est évidente. Encore moins celle de Aliou Cissé qui a opéré à des ruptures. Une rupture n’est jamais facile. Mais je pense que les joueurs qui sont dans la Tanière et ceux qui n’y sont pas ont compris l’attente du sélectionneur. C’est bon pour le Sénégal. C’est la méthode de Aliou et elle fonctionne jusqu’à aujourd’hui. C’est sûr qu’elle a porté ses fruits, car lors des qualifications, il a été brillant. Durant la phase de poule également, il a réussi à se qualifier au 2e tour, les quarts de finale. C’est ce qu’on attendait de lui. Il a réussi une première partie. Je pense qu’il a aussi une bonne étoile, il a su provoquer sa chance et sa réussite. Aliou, c’est Aliou. Il a envie de gagner. C’est un mauvais perdant comme tout le monde. Les aboyeurs, on les connaît. Moi aussi, je suis pareil. C’est une force de caractère qu’il a. C’est l’envie de tirer son équipe vers le haut. C’est une exigence qu’il a envers lui et envers le groupe, parce qu’il sait ce qu’il peut tirer de ses joueurs. Parce que des fois, nous, Sénégalais, avons besoin d’un coup de pied aux fesses pour tirer le meilleur de l’équipe. Toujours caresser dans le sens du poil, ce n’est pas forcément bon. Surtout que le jour où il y a défaite, on commence à parler. Je pense qu’il a la bonne méthode et les joueurs adhèrent.»

 

LA PROGRESSION DE SADIO MANÉ

«Sadio Mané, avant qu’il ne soit le Sadio qu’on connaît aujourd’hui, je l’ai côtoyé à ses débuts (Coly était Manager général de la Sélection du Sénégal, ndlr). Lors d’un match de qualification contre l’Ouganda, il avait fait une action atypique. Il avait traversé tout le terrain pour se créer une action individuelle. Ses qualités de vitesse aujourd’hui sortent au grand jour. Il a su, avant tout, garder la tête froide, patienter, travailler pour arriver à ce niveau.»