PARTAGER
Lamine Sané
Lamine Sané, défenseur des Lions

Capitaine de l’équipe nationale du Sénégal sous Alain Giressse, Lamine Sané est certainement sur le point de boycotter la CAN 2017 qui se tiendra au Gabon du 14 janvier au 5 février prochain.

Cité parmi les lions ayant reçu une pré-convocation du sélectionneur national Aliou Cissé, l’ancien capitaine des Girondins de Bordeaux actuellement au Werder de Brem aurait souhaité se concentrer sur son club que d’honorer l’appel de sa nation. Un fait qui risquerait de faire couler beaucoup d’encre dans la presse sénégalaise, à quelques jours du grand messe du football africain.

[themoneytizer id= »9390-28″]

 

Le retour de Lamine Sané en équipe nationale A, ne risque pas d’arriver sitôt. En tout cas pas pour la prochaine CAN 2017.

Le club Allemand a annoncé hier, que son défenseur se soignait d’un genou à Brême et serait de retour à l’entraînement le 2 janvier prochain. Ce qui le rapproche d’un forfait quand on sait qu’entre cette date et le début de la CAN 2017, le 14 janvier, il n’y a que douze (12) jours.

 

A en croire les Allemands, ce temps est insuffisant pour recouvrer une forme compétitive, relaie le quotidien « l’Observateur » dans sa livraison du 27 décembre repris par presseafrik.

Pour rappel, soulignent nos confrères, dans une interview parue dans la presse allemande, le 2 décembre, le défenseur de 29 ans affirmait vouloir mettre l’accent sur son club, plutôt que sur la sélection.

Par ailleurs, dans les colonnes de la Bild, l’ancien Girondin explique sa décision qu’il dit avoir prise après discussions avec son entraîneur, Alex Nouri.

Et pour être plus clair, Lamine Sané informe que « la CAN, ce n’est une option pour (lui)».

Il reste maintenant de savoir ce que feront la fédération sénégalaise de football et son sélectionneur Aliou Cissé face au choix du joueur de rester dans son club plutôt que d’aller à la CAN. Car, comme l’indique la Fifa, chaque joueur appelé par sa sélection nationale doit déférer à sa convocation, au risque de faire face à d’éventuelles sanctions.