PARTAGER

Lésé par des erreurs d’arbitrage ayant en partie entraîné sa défaite face à l’Afrique du Sud (2-1), le 12 novembre dernier à Polokwane, le Sénégal a également écopé de sanctions de la Fédération internationale de football (FIFA) pour des incidents survenus lors de ce match comptant pour la 2ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018.

[themoneytizer id= »9390-28″]

 

Frustrés par les erreurs d’arbitrage du Ghanéen Joseph Odartei Lamptey, avec un pénalty inexistant accordé aux Sud-Africains, juste avant la pause, des administratifs et des joueurs s’en étaient pris à l’arbitre à la fin de la rencontre.Une attitude qui n’a pas plu à la FIFA. Dans une décision rendue publique lundi, sa Commission de discipline a sanctionné le vice-président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Abdoulaye Seydou Sow, et le manager de l’équipe, Lamine Diatta, d’une interdiction d’accès au vestiaire et de banc de touche pendant un match en plus du paiement d’une amende de 5000 francs suisses.

Les deux officiels, auxquels il est reproché «un comportement agressif et un manque de fair-play», ont également écopé chacun «d’un avertissement et d’une réprimande».

L’équipe sénégalaise, accusée de «mauvais comportement» des membres de sa délégation, a également écopé d’un «avertissement et d’une réprimande» de la part de la FIFA.

L’instance dirigeante du football mondial a été cependant clémente avec les joueurs Kara Mbodji et Cheikhou Kouyaté qui ont vu les charges de «comportement agressif et de manque de fair-play» abandonnées.

Avec le revers subi à Polokwane, le Sénégal (3 pts) est relégué à la 3ème place du groupe D, derrière l’Afrique du Sud et le Burkina, qui comptent chacun 4 points. Avec deux revers en autant de matchs, le Cap-Vert est lanterne rouge.