PARTAGER

Angers, club du milieu de terrain des Lions, Cheikh Ndoye, est assez loin de ses performances de la saison dernière en Ligue 1 française. Mais le capitaine angevin dit être déterminé, avec ses partenaires, à relever le défi. Dans cet entretien, l’international sénégalais aborde aussi la prochaine CAN 2017 et les éliminatoires du Mondial 2018. 

Après 17 journées la saison dernière, Angers était 2ème de la Ligue 1, cette saison votre club pointe à la 12ème place. Quelles explications donnez-vous à ce recul ? 

Nous avons eu une première partie un peu mitigée parce que nous sommes attendus sur tous les terrains de la Ligue 1. Nous avions fait une bonne saison l’année dernière. C’est la raison pour laquelle nos adversaires nous prennent très au sérieux, cette saison. Mais nous ne croisons pas les bras, nous comptons tout faire pour revenir sur cette dynamique.

[themoneytizer id= »9390-28″]

 

A ce stade de la Ligue 1, l’année dernière, Angers avait pris 9 buts, cette année, c’est 20 buts encaissés. L’équipe est-elle fébrile en défense ?

C’est vrai que cette saison, on manque vraiment de réussite contrairement à l’année dernière. Nous marquons moins de buts. Nous allons nous remobiliser pour faire face à cette défaillance.

En Coupe de la Ligue, Angers a été récemment éliminé (1-2) par Nantes, avant-dernier du championnat. Une autre déception…

La Coupe de la Ligue est différente du championnat. C’est des matchs couperets, on gagne ou on est éliminé. Mais il nous reste la Coupe de France. Et nous allons tenter de faire comme l’année dernière. On savait que cette saison, cela allait être un peu différent de l’année dernière où on était sur une bonne dynamique. Nous tenterons d’aller le plus loin possible dans cette compétition.

Le club a-t-il revu ses ambitions à la baisse, cette saison ?

On n’a pas changé d’objectif, c’est le maintien. Les supporters sont toujours derrière nous pour nous pousser à la victoire. Nous sommes conscients des enjeux et promettons de revenir plus forts.

Quel est le discours permanent du coach Stéphane Moulin dans les vestiaires à l’égard de vous et vos coéquipiers ?

Le discours du coach n’a pas changé. Il nous demande de continuer toujours à travailler. C’est ce qu’il nous dit tout le temps. On va essayer de se parler pour revenir plus fort.

Vous êtes classe 4ème du Ballon d’Or sénégalais 2016. Votre sentiment ?

C’est un plaisir d’être désigné parmi les meilleurs joueurs. C’est une vraie fierté. Cela montre que je suis sur le bon chemin. Je remercie la presse sportive sénégalaise. Cela m’incite à ne pas baisser les bras et à continuer à travailler pour aller le plus loin possible.

Parlez-vous souvent de la CAN Gabon 2017 ?

Non ! Pour le moment, nous restons concentres au club. J’ai la tète tranquille par rapport à la CAN. On aura le temps d’en parler plus amplement, inch Allah, dans les jours à venir quand on entrera de plain-pied dans la préparation.

Votre éventuel départ à la CAN risque d’être un coup dur pour Angers…

C’est vrai que cela ne va pas être facile. Mais cela fait partie du métier. On n’y peut rien.

Quel objectif vous êtes-vous fixé pour cette CAN ?

Tout notre souhait, c’est de remporter la Coupe d’Afrique au Gabon. Et nous demandons à tout le peuple sénégalais de nous soutenir à travers des prières. Et s’il plait à Dieu, nous ferons le nécessaire pour rentrer avec la Coupe dont rêvent les Sénégalais. Il n’y aura aucune pression sur moi. Cela ne fait pas partie de mon dictionnaire.

Beaucoup d’observateurs réclament votre titularisation en sélection. Quel commentaire en faites-vous ?

C’est le choix du coach. On n’accepte les règles. Je suis là pour l’équipe nationale, comme tous les joueurs. Nous défendons les mêmes couleurs. Je ne réclame rien du tout. Mais si le coach fait appel à moi, j’essaierai de tout faire pour tirer mon épingle du jeu.

Le Sénégal est 1er en Afrique au dernier classement FIFA. Une grosse satisfaction ?

Peut-être bien mais il ne faut pas se focaliser sur ça. Le plus important, c’est de faire ce qu’on doit faire.

Malgré tout, vous avez été battus en éliminatoires du Mondial par l’Afrique du Sud. Une déception après 6 victoires en éliminatoires de la CAN ?

En tant que compétiteur, chaque match est important pour nous. Nous étions tous déçus de la défaite. Et surtout de la manière dont nous avons perdu ce match. C’est toujours amer d’avaler une défaite. Mais cela va nous faire avancer.

Comment comptez-vous aborder le reste des éliminatoires de la Coupe du monde ?

Nous avons retenu la leçon (en Afrique du Sud). En Afrique, jouer à l’extérieur n’est pas chose aisée. Nous allons bien préparer les matchs suivants. Notre souhait est d’offrir au peuple une deuxième participation à la Coupe du monde.