PARTAGER

Une passe loupée. Puis une deuxième et le Parc Astrid s’est mis à gronder dimanche après-midi lors du Topper : Stéphane Badji n’a pratiquement plus de crédit auprès des supporters d’Anderlecht.

Malgré un travail incessant devant la défense et plusieurs récupérations importantes, les observateurs ont retenu son (gros) gâchis à la relance. Marc Degryse l’a même démoli à la télévision flamande : « Il faut oser le dire : Badji n’a strictement rien à faire à Anderlecht. » Pour beaucoup de fans, Badji est l’incarnation de l’absence de beau jeu depuis de longs mois au Sporting, même bien avant l’arrivée du milieu sénégalais. Non, il n’a pas le style de la maison mauve, friande d’esthétisme. Un constat qui fait mal à Cheikhou Kouyaté, celui que Badji devait justement faire oublier au milieu de terrain. « Je suis ami avec Stéphane et il ne mérite pas ce qui lui arrive », lance le Sénégalais de West Ham. « Cela ne fait pourtant même pas un an qu’il est à Anderlecht. Il faut du temps pour s’adapter dans ce club, je suis bien placé pour le savoir. » Arrivé le 1er février 2016 en toute fin de mercato hivernal (contre un chèque de 2,5 millions + un bonus de 150.000€ versé il y a quelques semaines suite à un bonus atteint), Stéphane Badji avait très vite trouvé sa place dans le onze de Besnik Hasi avant de connaître des difficultés depuis l’arrivée de René Weiler. « Ce serait vraiment une erreur de s’en débarrasser », reprend Kouyaté. « Dans son style, Stéphane peut apporter beaucoup à Anderlecht. Il est prêt à mourir pour son club et c’est avec une telle mentalité que tu peux devenir champion. » Marc Degryse ne partage pas vraiment cet avis.