PARTAGER

Il a foulé la pelouse du Peter Mokaba Stadium après la pause à la place d’un Mohamed Diamé plus que transparent. Cheikh Ndoye a sorti une prestation aux antipodes de celle du Magpie. Et remis au goût du jour la question de son statut en sélection. 

Autant Aliou Cissé a des atomes crochus avec les Olympiques de Londres 2012 qui, aujourd’hui, constituent l’ossature de l’équipe du Sénégal, autant il en a avec Cheikh Ndoye, le milieu de terrain et capitaine d’Angers, arrive sur le tard dans la Tanière. En effet, ce n’est qu’a près de la trentaine que le Rufisquois a étrenné sa première cape en sélection A à la faveur de l’arrivée sur le banc du coach aux dreadlocks. Auparavant, le grand public avait découvert Cheikh Ndoye lors d’un match amical à Buenos Aires en Argentine entre la sélection A’ du Sénégal, une équipe mixte (pros et locaux), et une sélection de Colombie en partance pour le Mondial 2014 au Brésil. C’était le 31 mai 2014. Et sur le banc il y avait un certain Aliou Cissé. On se rappelle que c’est l’ancien joueur d’Epinal et Créteil qui avait permis à l’équipe du Sénégal de rentrer au pays avec un honorable match nul (2-2) contre Mario Yepes et compagnie, après une réduction du score par Moussa Konaté (47’). La frappe limpide des 20 mètres de Ndoye (52’) n’avait laissé aucune chance au gardien de but des Cafeteros. Contrairement à la bande à Sadio Mané samedi dernier, l’équipe du Sénégal A’ avait réussi à faire la jonction (2-2) en seconde période après avoir été menée (2-0) à la pause.

Fighting-spirit, détermination, hargne…

Aujourd’hui, Cheikh Ndoye compte 9 sélections nationales, la quasi-totalité comme remplaçant. Mais chaque fois qu’il entre en jeu, le capitaine angevin, très en vue en Ligue 1 française, joue sa partition. Au grand bonheur du public qui l’adore. Parce qu’au-dela de ses qualités intrinsèques de footballeur et son physique de déménageur qui n’est pas sans rappeler deux anciens internationaux, Pape Bouba Diop et Abdoulaye Diagne Faye, natifs comme lui de la vieille ville de Rufisque, c’est le fighting-spirit, la détermination, la hargne de Ndoye qui séduisent les supporters sénégalais. Cette gnaque l’a encore accompagné samedi sur la pelouse du Peter Mokaba Stadium. Jusqu’à ce but à la 75ème mn d’une frappe a bout portant qui, même s’il n’a fondamentalement pas changé l’issue du match (défaite 2-1 des Lions), peut valoir son pesant de… goal-average dans un groupe D des qualifications à Russie 2018 où désormais Burkinabé, Sud-Africains et Sénégalais se tiennent de très près. L’observateur assidu de l’évolution des Lions et le supporter lambda s’accordent la-dessus : Cheikh Ndoye à l’étoffe d’un titulaire dans cette équipe du Sénégal.

Cissé : «Quand je l’ai amené, beaucoup m’ont critiqué»

Justement, à ceux qui réclament une titularisation de l’ancien sociétaire du Yakaar de Rufisque, Aliou Cissé avait servi la réponse suivante : «Je me rappelle, quand je l’ai amené (en équipe nationale A’, lors de ce match amical Colombie / Sénégal précité, ndlr), beaucoup de gens m’avaient critique, se demandant ou j’ai été chercher ce joueur. Je suis surpris, depuis trois ou quatre mois maintenant, que tout le monde joue ses qualités et dit que c’est un bon joueur. Mais nous, nous savions depuis longtemps que Cheikh Ndoye est on bon joueur». Et le sélectionneur de renchérir : «Actuellement, il y a effectivement un duo Cheikhou Kouyaté-Gana Guèye, je ne vous le cache pas, qui me satisfait et fait de bonnes choses. Cela ne veut pus dire que c’est fermé pour les autres. Il y a Pape Alioune Ndiaye qui est là, Momo Diamé, (Younousse) Sankharé, Pape Kouly Diop qui fait aussi de bonnes choses avec l’Esponyol de Barcelone en Liga. Donc, dans ce secteur de l’équipe nationale du Sénégal, il y a énormément de concurrence. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut faire n’importe quoi. Il faut changer mais pas n’importe comment». Samedi dernier, le duo Cheikhou Kouyaté-Gana Guèye est demeuré et Mohamed Diamé, dans un rôle box-to-box, a cédé sa place à Cheikh Ndoye…