PARTAGER

La stratégie de jeu : «On a perdu le match parce qu’à un moment donné, on n’a pas pu faire ce qu’on devait faire, notamment en première période. On aurait dû avoir un peu plus de qualité offensive. Nous avons récupéré un nombre incalculable de ballons, mais on n’a pas su nous projeter vers l’avant. On a beaucoup ronronné derrière. On n’a pas joué la défensive. On a voulu les attendre, parce que c’est une équipe qui est très bonne dans les intervalles. On n’avait pas envie d’ouvrir les intervalles. Nous avons su les contenir pendant un bon bout de temps. Ce qui restait, c’était surtout  la projection. Nous avons gardé le ballon à la récupération, alors que ce que j’avais demandé, c’était récupération et percussion. En deuxième période, on a eu beaucoup plus d’audace. On a joué beaucoup plus devant et percuté un peu plus. On a bougé offensivement et trouvé plus de relais. Nous avons été plus présents dans cette deuxième mi-temps. D’ailleurs, on méritait de revenir dans le match.»

L’arbitrage : «Je n’aime pas parler de l’arbitrage. Il faut que je regarde les images. Je ne sais pas s’il y a penalty ou pas. Peut-être que c’est ce qui a déconcentré mes joueurs, mais j’avais déjà averti les gens sur tout ça. On est en Afrique. Il faut qu’on s’adapte à ces façons de faire. L’arbitre peut se tromper.»
Les conséquences sur la CAN : «Une défaite ne me démoralise pas. Mes joueurs sont des professionnels. Le football de haut niveau, c’est allier victoires et défaites. Aujourd’hui, on n’a pas gagné. C’est une grosse déception. Mais c’est un mini championnat. Nous recevrons le Burkina chez nous. Ce sera un match important.  C’est à la fin qu’on rencontrera à nouveau l’Afrique du Sud. Le mieux, c’était de prendre un point à Polokwane. Après, la CAN, c’est autre chose. On aura le temps d’y penser. Je peux vous garantir que ce qui s’est passé aujourd’hui ne nous arrivera pas à la CAN. Il n’y a pas de doute. On a encore un mois et demi pour y réfléchir. J’ai un groupe costaud mentalement. Nous sommes déçus, c’est vrai, mais l’avenir est devant nous.»

LE POINT SUR LE GROUPE D

L’Afrique du Sud, une ascension de haut vol

Les Sud-Africains n’en reviennent toujours pas. Il y a des détails qui ne trompent pas. Quand, à la fin du match, les alentours du stade Peter Mokaba de Polokwane se sont transformés en un vaste espace de loisirs où une fiesta a été improvisée à chaque coin, on comprend que cette victoire n’était pas attendue. Absente de la CAN 2017, mal embarquée dans les qualifications de la Coupe du monde 2018, notamment lors de la première journée du groupe D (match nul contre le Burkina), l’Afrique du Sud a fait une bonne opération en s’offrant le Sénégal à domicile. Elle se hisse ainsi à la première place du groupe D, avec l’aide de l’arbitre ghanéen, qui a donné un penalty cadeau aux Sud-Africains et créé la confusion chez les «Lions». La position de leader des «Bafana Bafana» ne sera que de courte durée, puisque quelques heures plus tard, le Burkina a fait mieux, en allant battre le Cap-Vert à Praia. Le Sénégal chute de la première à la 3e place, là où le Cap-Vert reste dans le fond du trou. Qui l’eût cru !