Partager

Le stade Demba Diop avait deux illustres hôtes, hier à l’occasion de la finale du Tournoi de l’Assemblée nationale qui a opposé Diambars et NGB. El Hadji Diouf et Nicolas Anelka étaient en compagnie d’Alassane Ndour, manager général des Galactiques. L’ancien n°11 des Lions s’est prêté aux questions de la presse. 

Après cette victoire 2-0 contre le Cap-Vert, peut-on considérer que le Sénégal est sur une voie royale pour la qualification au Mondial 2018 ?

Ce serait se tromper de le dire aussi vite. Disons qu’ils ont fait un grand pas dans une longue route. Le plus dur reste à faire. Il faut maintenant continuer à gagner des matches et se dire que le plus dur en Afrique est d’aller gagner les matches à l’extérieur. Il y a deux, voire trois matches difficiles qui nous attendent au Cap-Vert, au Burkina Faso et surtout en Afrique du Sud. Si les joueurs sont prêts mentalement, je crois qu’ils peuvent aller faire des résultats positifs. Je ne dirais pas d’aller gagner, mais de faire des résultats positifs. Parce que pour avoir la qualification au bout, il faudra en avoir à l’extérieur.

Et pour la CAN Gabon 2017, pensez-vous que les Lions pourront enfin exorciser les démons de l’élimination au 1er tour des éditions 2008, 2012 et 2015 ?

Pour la CAN à venir, franchement, j’y crois. On a de très bons joueurs. Maintenant, il faut continuer à travailler. Le dernier match (contre le Cap-Vert) a montré qu’ils montent en puissance. Depuis que cette équipe existe, il faut dire qu’on n’a pas encore de match-référence parce qu’on n’a joué que des matches où le Sénégal est dominateur et nettement meilleur que l’adversaire.

Sadio Mané est considéré par beaucoup d’observateurs comme le nouveau porte-drapeau du football sénégalais. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

C’est un bon joueur, qui a du talent. Mais le championnat (anglais) vient de commencer et il faut le laisser s’affirmer et surtout bien se con naître avec ses coéquipiers parce qu’il y a des matches à venir. Il faut voir comment il va les vivre, quand il v a des blessures ou une méforme. Au niveau footballistique, je n’ai rien à dire : Sadio est un très bon joueur. Je crois en lui et je sais qu’il a les qualités pour être le leader de cette équipe nationale.