Partager

En application des dispositions de l’article 42.2 du règlement de la compétition, la FSF a porté réserve sur la qualification du joueur guinéen Naby Bangoura au match retour du 3ème tour qualificatif à la CAN U17 prévue en 2017 à Madagascar. Ce match a été joué le lundi 3 octobre dernier au stade du 28 Septembre de Conakry entre la Guinée et le Sénégal. 

Après des recherches, il s’est avéré que le joueur Naby Bangoura serait né le 1er janvier 1980 comme il est bel et bien indiqué sur sa page officielle facebook. Ironie du sort, dans les notifications de son profil, il est relevé que le dernier anniversaire de Naby Bangoura a été fêté le 4 avril 2016. Pourtant sur son passeport, c’est la date du 24 avril 2001 qui est indiquée comme celle de sa naissance. A cet effet, la Fédération sénégalaise peut demander l’application de l’article 44 qui stipule : «Si la CAF apprend, quelle que soit la source, qu’une fraude ou falsification de documents accomplis pur quelque moyen et au support que ce soit, a été commise par une ou plusieurs équipes nationales, une enquête sera ouverte. Dans ce cas, il n’est pas exclu que la CAF en vertu des dispositions de l’article 42.4 de son règlement, demande la confrontation directe avec la partie adverse.»

Si la page facebook du joueur est un élément accablant, la FSF peut aussi se fonder sur les détails du document administratif de Naby Bangoura dont le passeport a été établi le 23 juillet 2016, date qui correspond à un… samedi donc à un jour non ouvrable en Guinée. En outre, ce document a été établi à moins d’un mois de la première rencontre de la Guinée qui l’a mise aux prises avec le Maroc, le 8 août 2016 à Conakry. Pourtant, pour la qualification des joueurs, en son article 38.3, le règlement de la CAF précise que «pour les phases qualificatives, les résultats des tests IRM ainsi que les copies des passeports des joueurs doivent être envoyés au secrétariat de la CAF, un mois avant le premier match de l’équipe.»

Avec tous ces éléments qui étayent son argumentaire, la FSF est fondée à confirmer sa réserve auprès de la CAF. Et demander que le droit soit dit puisque la Guinée a vraisemblablement outrepassé les recommandations de l’instance faîtière du football continental formulées au mois de février dernier. Ces recommandations signifiaient, entre autres, que les équipes exemptées au premier tour des éliminatoires, comme la Guinée et le Sénégal, devaient envoyer les résultats des IRM accompagnés des copies des passeports des joueurs par DHL avant le 1er juillet 2016. Or, Naby Bangoura n’a reçu son passeport qu’à partir du… 23 juillet 2016.

Contactée, la Fédération guinéenne de football a reconnu que d’autres joueurs du Syli Cadet ont été ciblés par la réserve du Sénégal. Mais, les charges sont tellement accablantes sur l’attaquant Naby Bangoura qu’au niveau de Ouest Foire on semble ne pas s’intéresser au cas des autres joueurs guinéens : le milieu de terrain et capitaine Sékou Camara auteur du but égalisateur de la Guinée à Conakry après avoir manqué un penalty et qui a jure avoir vu «des fétiches» dans les buts sénégalais au match retour, et les défenseurs Ibrahima Sory Soumah et Mohamed Blaise Camara.