Partager

À la surprise générale, Aliou Cissé a décidé de travailler avec ses joueurs loin des yeux indiscrets de la presse et du public. Même si cette situation semble créer une distance entre les Lions et leurs supporters, Me Augustin Senghor en appelle a la compréhension de tous puisque c’est une volonté du sélectionneur national qui veut repérer ses gammes dans la plus grande discrétion. 

«J’ai suivi l’entraîneur sur les séances à huis clos de son équipe. C’est presqu’une requête qu’il a faite à la presse quand il a dit que pour ce match là, il souhaite travailler en fermant son équipe. Les raisons qu’il a données sont valables parce que depuis qu’il est là, il a toujours ouvert la Tanière plus que tout autre. Les Sénégalais, dans leur ensemble ont respecté cette mesure. Sur les deux jours d’entraînement que je suis venu ici au stade, le public a accepté de bon cœur la demande du sélectionneur parce que les supporters ne se sont pas déplacés. Certainement, pour les matchs à venir, on reviendra à la norme qui fait qu’il y ait plus de séances d’entraînements ouvertes que fermées. Rien n’empêche qu’on ouvre quinze minutes à la presse pour prendre des images. Ce sont des correctifs qu’il faudra faire sur les huis clos parce que ça risque de causer beaucoup de problèmes liés aux impératifs des journaux télévisés. J’ai même constaté que pour la presse écrite, pour ce regroupement là, elle utilise beaucoup de photos archives pour illustrer les articles. Il faut aussi que vous conveniez avec nous qu’on ne peut pas ouvrir l’équipe tout le temps. Nous avons eu une mauvaise expérience avec l’équipe des U23 (à la CAN 2015, ndlr). On a subi tellement de pression, qu’on a initié l’open press. Mais, après notre élimination, c’est la presse qui nous a tapés dessus pour nous dire qu’on n’aurait jamais dû ouvrir l’équipe.»