Partager

Le Collectif des Rufisquois pour la réhabilitation du stade Ngalandou Diouf a été reçu hier par le ministre des Sports, Matar Ba. Une audience à laquelle ont assisté le préfet et le maire de ladite ville et qui a débouché sur l’assurance que les travaux vont démarrer dans une dizaine de jours avant leur lancement officiel à la fin du mois par le ministre.

Après un peu plus de cinq années de disette, les sportifs rufisquois pourront bientôt reprendre possession du stade Ngalandou Diouf. En effet, les travaux de réhabilitation vont démarrer incessamment. C’est du moins l’assurance reçue par le collectif au sortir de sa rencontre d’hier avec le ministre des Sports. « Nous venons de terminer une séance de travail avec nos amis de Rufisque, des différents collectifs pour la réhabilitation du stade Ngalandou Diouf », a dit Matar Ba, qui a ainsi annoncé que chantier dont l’exécution a été attribuée à la Compagnie sénégalaise de Travaux publics va démarrer dans les dix prochains jours. Matar Ba a rappelé que Ngalandou Diouf est un stade municipal, donc relevant des compétences transférées à la mairie de Rufisque qui avait entrepris de le refaire avec l’Agetip et l’Adm. Mais les directeurs de ces deux structures l’ont saisi pour lui « faire part des difficultés car l’enveloppe ne permettait pas de couvrir les travaux. Le gazon synthétique et l’éclairage par exemple sont des investissements très lourds. Entre-temps, plusieurs amis sont aussi venus me voir. C’est pourquoi j’ai fait une première visite le 21 janvier 2016 et cela m’a poussé à prendre un engagement ».

Comme il l’a annoncé, l’entrepreneur Mbaye Faye qui a annoncé que « dans dix jours, nous allons démarrer les travaux afin d’anticiper le démarrage en attendant que les crédits soient disponibles ». Les travaux concernent principalement le « gazon synthétique de dernière génération et l’éclairage sportif conformes aux normes de la Fifa ». Mais le directeur général de la Cspt n’écarte pas la possibilité d’offrir aux Rufisquois des services supplémentaires. Ce, en dotant le stade de vidéos de surveillance et de climatiseurs « comme nous l’avons fait avec le stade Léopold Sédar Senghor ».

Du côté du collectif, c’est la satisfaction totale. Au nom de ses concitoyens, Abdou Lahat Diakhaté a ainsi tenu à souligner qu’à « l’issue de cette rencontre avec le ministre, nous repartons avec beaucoup de matières et nous sommes satisfaits de ce que nous avons entendus ainsi que des assurances ».

Il n’a pas manqué de souligner que la fermeture du stade a fortement impacté sur l’activité sportive et le volet social, « le sport étant un bon moyen pour concourir à l’épanouissement d’une société.

Il y a aussi un impact économique avec des pères et mères de famille qui venaient vendre des produits lors des manifestations dans le stade ; ce qui leur permettait d’avoir des revenus ». Il a estimé que la réalisation du stade devrait permettre aux équipes de Rufisque de recevoir leurs adversaires à domicile. Il a par ailleurs milité pour la pause d’une piste d’athlétisme afin de permettre aux jeunes de pratiquer leur discipline.