Partager

La quasi totalité des milieux convoqués pour la rencontre contre le Cap-Vert comptant pour la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 sont des titulaires dans leurs clubs. Mais certains vont devoir, une fois de plus, rester sur le banc ou en tribunes. 

Quand on dispose d’une pléthore de très bons milieux de terrain, dé surcroît titulaires dans leurs clubs, on ne peut qu’avoir l’embarras du choix. Un vrai problème de riche pour Cissé. En effet, Pape Alioune Ndiaye, qui n’ été titularisé qu’une seule fois avec les Lions contre le Burundi, en éliminatoires de la CAN 2017, porté son équipé d’Osmanlispor avec déjà 3 buts en seulement 5 journées de championnat. Une réussite qui confirme la bonne saison écoulée du joueur formé à Diambars qui avait inscrit 11 buts lors du précédant exercice. Le capitaine d’Angers, Cheikh Ndoye, malgré son excellente saison passée, ponctuée de 9 buts, est logé à la même enseigne. Lé Rufisquois n’effectue que des bouts de matchs avec les Lions, même si ses entrées dans l’équipe d’Aliou Cissé sont souvent convaincantes. Idem pour le milieu de l’Espanyol Barcelone, Pape Kouly Diop, qui n’a toujours pas les pleins pouvoirs chez les Lions. L’ex-capitaine dés Lions, Momo Diamé, a aussi lâché du lest depuis que la paire Gana-Kouyaté s’est emparée du milieu de terrain. Titularisé pour le dernier match du Sénégal dans les éliminatoires de la CAN 2017 contre la Namibie, Younousse Sankharé devra encore convaincre pour gagner une place dans ce milieu si dense.

Aliou Cissé devra, ainsi, être encore fort dans ses choix, face à autant de postulants. Cette situation délicate à gérer pour un entraîneur est diversement appréciée par ses collègues.

MOUSTAPHA RAZACK, COACH RENAISSANCE : «Les meilleurs jouent selon les schémas du coach»

«En équipe nationale, ce sont les meilleurs du moment qui jouent, selon les schémas du coach, qui met les joueurs qui l’arrangent, même si chaque joueur est titulaire dans son club, Mais je crois que dans sa tête, tout est clair. Lors du dernier match contre la Namibie, il a un peu changé son milieu. Il a fait jouer quelques remplaçants. Contre le Cap-Vert, je crois qu’il va mettre les meilleurs. Aliou est assez outillé pour nous proposer une équipe qui va se qualifier pour la Coupe du monde. Rester sur le banc en équipe nationale pour des gosses qui sont titulaires dans leurs clubs, c’est un peu frustrant, mais c’est la loi du sport. Quand on choisit, on écarte.»

MALICK DIOP, ANCIEN COACH PORT : «Il y a une place à prendre dans l’animation»

«C’est une bonne chose pour le Sénégal de disposer des joueurs de qualité. Nos milieux sont au même niveau de performance. Si la concurrence est saine, c’est très positif pour l’équipe. Néanmoins, dans la récupération le deux (Gana Gueye et Cheikhou Kouyaté) sont complémentaires Ils méritent leur place. C’est dans l’animation qu’il y a une place à prendre. On l’a vu lors du dernier match avec l’arrivée de Sankharé. L’entraîneur verra quel est le profil le plus approprié pour le poste. Même après l’exploit lors des qualifications pour la CAN, il va chercher à faire progresser ses joueurs. Pour ceux qui n’ont pas assez de temps de jeu comme Cheikh Ndoye ou Pape Kouly, on ne sait jamais, il peut avoir besoin d’eux à n’importe quel moment. Il faut qu’ils soient prêts. Dans le foot, il y a des suspensions, des blessures. La méforme peut arriver n’importe quand. Et, parfois, une certaine manière de jouer des adversaires peut nécessiter un changement de schéma de jeu. Si on se rappelle bien, en 2002, c’est Pape Sarr qui était titulaire jusqu’à la CAN. Mais quand il a été suspendu et que Pape Bouba est entré, il n’est plus sorti jusqu’à la Coupe du monde. Les joueurs n’aiment pas rester sur le banc. Mais pour le moment, ceux qui sont titulaires font le boulot. L’essentiel, c’est que le Sénégal gagne.»

KARIM SEGA DIOUF, COACH NDIAMBOUR : «C’est bien d’avoir plusieurs choix de combinaisons»

«Celui qui est habilité à faire des choix, c’est le sélectionneur national. C’est lui qui choisit ceux qui vont jouer et ceux qui vont rester sur la touche. Maintenant, au milieu, on a plusieurs joueurs titulaires avec des responsabilités dans leurs clubs comme Cheikh Ndoye et Cheikhou Kouyaté, qui sont capitaines dans leur formation respective. Mais ce n’est pas parce qu’on est titulaire dans son club qu’on va l’être en équipe nationale. Nous avons la chance d’avoir de très bons joueurs dans le secteur du milieu. Ce n’est pas une mauvaise chose. Ça offre plusieurs choix de combinaisons au sélectionneur. Ce qui pousse les joueurs a la concurrence. Le football est plein d’aléas. Où se trouve actuellement Pape Ndiaye Souaré ? Les remplaçants ne doivent pas êtres frustrés parce que c’est un honneur d’être choisi pour porter le maillot national.»