Partager

Ancien coordonnateur de l’équipe nationale, Ferdinand Coly demande aux Lions de rester concentrés et motivés face au Cap-Vert qu’ils vont rencontrer le 8 octobre dans le cadre de l’acte 1 des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Pour l’ancien capitaine et latéral droit du Sénégal, les Requins bleus seront difficiles à jouer surtout qu’ils n’ont que cette compétition pour se racheter après leur élimination pour la CAN-2017. 

Ferdy, quelle impression vous avait fait le Cap-Vert lors du dernier match amical qu’il avait perdu contre le Sénégal en 2010 ?

À l’époque, c’était avec Amara Traoré. Et le Sénégal avait joué l’un de ses premiers matchs amicaux à Dakar contre le Cap-Vert. Il n’y avait pas une grande ambiance dans les gradins parce que le Sénégal revenait d’une longue traversée du désert. Ce match a été gagné devant un adversaire moins accrocheur. Aujourd’hui, les choses ont changé. L’équipe a beaucoup progressé et est devenue l’une des meilleures d’Afrique.

Pensez-vous qu’on va vers un match piège contre le Cap-Vert ?

Il faudra se méfier du Cap-Vert comme toutes les autres équipes du groupe D. Cette équipe cap-verdienne a fait partie en un moment des cinq meilleures équipes africaines. Cela n’est pas le fait du hasard. S’ils y sont arrivés, c’est parce qu’ils ont beaucoup travaillé. Ils ont un football qui a évolué. Ce n’est plus l’équipe d’il y a dix ans. Les joueurs ont de la qualité technique et, athlétiquement, ils n’ont rien à envier aux autres. Ce n’est pas une équipe qu’il faut négliger. Je pense qu’il faut être vigilant à tous les niveaux.

Certes, ce n’est pas un match couperet, mais son caractère de derby reste quand-même singulier…

Je pense que les Lions sont tous des professionnels. Ils ont tous l’habitude de jouer des matchs de haut niveau tous les week-ends. À ce niveau de la compétition, c’est la mobilisation et la concentration qui doivent être de mise face à un adversaire beaucoup plus sérieux que ce que nous avons eu jusqu’à présent. Ce sera bon de faire mieux dans le jeu surtout dans la cohésion du groupe pour pouvoir gagner à domicile face à un adversaire qui sera là pour jouer sa partition à fond. Le Cap-Vert jouera sa chance à tous les niveaux.

Après son élimination pour la prochaine CAN, le Cap-Vert n’est-il pas fragilisé ?

Il est difficile de jouer avec une telle équipe qui se sent blessée. Le Cap-Vert a manqué de peu la qualification pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. Là, ils vont se donner sur cette nouvelle compétition qui n’a rien à voir avec la dernière. Ils savent bien que pour aller à une Coupe du monde, on se donne à 200%. Les Lions doivent le comprendre et je pense qu’ils savent qu’un derby n’est jamais facile à jouer. Nous aurons la pression parce qu’on joue à domicile et il faut impérativement gagner. II faut faire attention à une telle équipe.

Le problème de latéral droit devient un sujet récurrent. Quel est votre avis là-dessus ?

Ce n’est pas que le Sénégal n’a pas de latéraux. Le problème, c’est que c’est un poste très spécifique où on vous demande de défendre d’abord parce qu’à la base vous êtes défenseur. Ensuite, on vous demande de contre-attaquer parce que sur le plan offensif, vous devez apporter votre contribution quand c’est possible. Le coach, en fonction de son système, peut demander aux latéraux de monter quand c’est nécessaire. Mais, à condition qu’il soit convaincu qu’avec trois défenseurs derrière, il pourrait garder l’équilibre de son équipe. Chaque coach a sa vision du jeu. Le poste de latéral demande d’abord des jambes, mais aussi la tête parce qu’il faut être intelligent pour ne pas dire complet. Au Sénégal, il v a plusieurs profils qui sont en train d’être dessinés. C’est vrai qu’il y a des joueurs qui ont fait de très bons matchs à ce poste. Maintenant, il faut plus d’assurance et trouver un titulaire confirmé dans ce compartiment qui est aussi sensible que toute la ligne défensive.

Après avoir essayé beaucoup de joueurs, Aliou Cissé semble faire confiance à Lamine Gassama. Êtes-vous convaincu par ce choix ?

Lamine Gassama est un garçon qui a le profil type d’un latéral de métier. Il a la vélocité et il a tout pour devenir un latéral complet. Mais, ce qu’il produit à l’entraînement n’est pas toujours la même chose lors des matchs. Il y a toujours l’effet de la pression. À lui de se libérer un tout petit peu pour s’enlever cette pression. Il a les qualités d’un latéral. Maintenant, le temps presse. On ne peut pas faire des essais en équipe nationale parce qu’on n’a qu’une semaine pour rectifier tous les tirs. À lui d’enlever ce handicap qu’il a sur le plan psychologique. Il est plein de qualités parce qu’à l’entraînement, il le démontre. Aliou Cissé a essayé plusieurs joueurs à ce poste et il n’a pas encore de certitude. Ça, c’est une vision. Mais comme je vous l’ai dit, il faut que Lamine s’impose.

Le Sénégal est-il au-dessus de ses adversaires du groupe D ?

À la phase de qualification pour la CAN-2017, le Sénégal a survolé ses adversaires. Aujourd’hui,je ne veux pas qu’on se focalise sur le papier. Le football se passe sur le terrain. Le Sénégal ne sera au-dessus de ses adversaires que quand il sera qualifié.

1 COMMENT

  1. Salut mes frère et soeur mr aliou cisse je bcp crier pour que tu soit sais lion du teranga me la c’est trop ont n’a pas baison de gassuma ou diame ok appeler le bon jouer pourquoi pas d’essayer mendy de Monaco ou de leciter city

Comments are closed.