Comment voyez-vous la poule du Sénégal pour la prochaine Can ?

Ce n’est pas un tirage facile. On a fait le même constat. Presque ce sont les mêmes équipes qui se retrouvent (Maroc et Madagascar), à part  la Libye. On se connaît très bien. On a commencé déjà la préparation pour sortir de cette poule.

Madagascar vous a battus en finale de la dernière édition. Est-ce une équipe à craindre pour le Sénégal ?

La crainte ne sera pas de notre côté. La physionomie du match de poule et de la finale (aux Seychelles) sera différente de ce qu’on verra à Lagos. Rien qu’à voir au niveau de l’effectif, seulement 4 joueurs ont eu la chance de jouer une Coupe d’Afrique. On avait presque 8 joueurs qui n’avaient jamais disputé une compétition de cette envergure. Ce sont les mêmes qui reviendront pour jouer cette Can. Et je crois qu’ils mettront les atouts de leur côté pour laver cet affront. Mais ce n’est pas une raison aussi de mettre la pression de notre côté. On va jouer notre match avec comme objectif la gagne.

Comment se déroulera la préparation de l’équipe du Sénégal ?

Déjà, on est en plein dans le championnat de Beach soccer qui prendra fin le 29 octobre prochain. Après juste le match du Sénégal contre le Cap-Vert, on a joué une journée. Demain (aujourd’hui), on jouera une 2e journée. A partir de la fin du mois d’octobre, il y aura des entraînements externes (pour les Lions de Beach soccer). Parce qu’il y a quand même des postes à pourvoir. Il ne faudrait pas avoir des regrets après avoir annoncé la liste. Il faut beaucoup voir les types de joueurs que nous voulons pour gagner cette coupe d’Afrique qui ne sera pas du tout facile. Maintenant ce qui est le plus important, ce sont les matchs amicaux. Nous avons besoin de deux matchs amicaux avant d’aller à Lagos. On travaille là-dessus avec le Directeur technique national (DTN). On lui a déjà remis la fiche qu’il va présenter au président de la Fédération sénégalaise de football (FSF) qui est dans les dispositions pour nous accompagner.