Partager
Henri Saivet (saint etienne)

Arrivé à à l’ASSE cet été en prêt, Henri Saivet (25 ans) est out pour 5 semaines mais peut déjà se prévaloir d’une solide expérience au plus haut niveau. Portrait en cinq points.

C’était un buteur hors pair

Si on le connait aujourd’hui mieux dans un rôle de milieu relayeur voire défensif qu’il a occupé sur la fin aux Girondins de Bordeaux, Saivet est avant tout un buteur. Et c’est aussi grâce à cette polyvalence que René Lobello a clairement appuyé son profil auprès de Christophe Galtier. Le natif de Dakar peut jouer quasiment partout entre le poste de n°6 et celui de n°10 en passant par les couloirs droit et gauche ou en attaquant de soutien (le rôle qu’il a notamment tenu à Paris).  C’est qu’avant de devenir milieu de terrain pour percer à niveau professionnel, Saivet a fait ses classes en avant-centre. Il marquait même tellement de buts entre 15 et 18 ans que les plus grands clubs de la planète démarchaient des recruteurs pour le voir à l’œuvre.

C’était une pépite Football Manager

C’est la conséquence directe du premier point évoquée et son ticket pour la célébrité. La « légende » d’Henri Saivet, c’est aussi celle d’un jeu vidéo : Football Manager, bien connu des supporters qui se prennent pour des entraîneurs. En 2007, Saivet est tout simplement l’un des meilleurs Espoirs de la simulation. Il progresse très rapidement, signe dans un grand club et remporte même parfois le Ballon d’Or. Une photographie, imaginée par les scouts de Sports Interactive qui correspondait alors aux rapports des recruteurs le concernant. On peut le dire aujourd’hui : Sega s’est (un peu) trompé sur le « potentiel » de Saivet.

Rafael Benitez a brisé son rêve anglais

Lorsqu’il a quitté Bordeaux à six mois de la fin de son contrat pour Newcastle, le Sénégalais ne s’attendait pas à vivre un tel cauchemar avec seulement 4 apparitions et 147 minutes jouées en cinq mois de Premier League. Recruté par Steve McLaren, Saivet a complètement perdu grâce avec l’arrivée de Rafael Benitez sur le banc en mars dernier : « J’avais l’impression d’être payé à ne rien faire. C’était horrible. T’es là, tu ne sers à rien », glissait-il récemment. S’il était resté en Angleterre, l’ex-Girondin serait peut-être aujourd’hui réserviste en Championship… Comme c’est actuellement le cas pour Emmanuel Rivière.

Il aurait pu jouer avec Bafétimbi Gomis

A l’instar de Jordan Veretout, Henri Saivet disposait de plusieurs pistes en Ligue 1 pour rebondir après Newcastle. L’ancien Girondins aurait même pu débarquer sur la Canebière, lui qui faisait partie des joueurs dragués par Franck Passi : « Marseille aussi me voulait, mais j’ai choisi les Verts. J’ai envie d’aller loin en Ligue Europa pour faire encore grandir le club. Et pourquoi pas être troisième et jouer le tour préliminaire de la Ligue des champions ? », glissait-il il y a peu à France Football. Plutôt que de distribuer des « galettes » à Bafé Gomis, c’est donc Robert Beric, Nolan Roux ou Alexander Söderlund qui bénéficieront de son joli coup de patte.

Il a brillé avec les Bleus… chez les jeunes

S’il est aujourd’hui international sénégalais et compte 14 capes (et une CAN) avec les Lions de la Terenga, Henri Saivet était plutôt destiné à un destin avec la France. En effet, considéré comme un « crack » chez les jeunes, le milieu offensif stéphanois a fait toutes les sélections de jeunes avec les Bleuets, démarrant en U16 jusqu’à l’équipe de France Espoirs pour un total de 52 sélections et 17 buts… Dont 16 inscrits lors de ses deux premières années. Conscient qu’il était trop juste pour les Bleus, Saivet a opté en 2013, alors qu’il avait 22 ans, pour son pays d’origine… Face à l’insistance du sélectionneur Alain Giresse, qui le draguait alors depuis longtemps.