Partager
OPA NGUETTE LA VOIX DU NORD

Le nom ne sonne pas Sénégalais, le sang du nouveau sociétaire du Fc Metz, Opa Nguette, est bien du pays de la Téranga. Le natif de Mantes-la-Jolie, lancé par Valenciennes et qui a joué chez les U18, 19 et 20 de la France, est un virtuose en devenir qui aimerait bien porter le maillot du Sénégal.

Voilà un jeune à qui les dieux du foot avaient promis un bel avenir. Le genre de gamin qui met tout le monde d’accord sur son talent brut, quand il faisait des merveilles sur les prés à ciel ouvert de son Mantes-la-Jolie natal. Opa, le pupille qui a intégré, à 13 ans, le Fc Mantois, était un véritable virtuose en devenir. Il est resté au Fc Mantois jusqu’en U17 où il a découvert la Cfa en août 2011 à l’occasion d’un match contre Les Herbiers, quelques jours avant de signer un contrat d’aspirant avec Valenciennes (2011-2013) en Cfa. Et pour ce gamin qui aime prendre les profondeurs, rapide comme l’éclair et lucide à la finition, la découverte de la Ligue 1 française en 2012 fut légitime. Le Sénégalais d’origine a connu sa toute première titularisation dans l’élite du football hexagonal sous une bonne étoile. C’était à l’occasion du dernier match de l’année 2012 de Valenciennes. Ce jour-là, Opa s’est révélé un fin dribleur sur le flanc gauche. Le jeune attaquant de Valenciennes a livré un match complet, donnant même du fil à retordre à la défense d’Evian. Le défenseur Brice Djadjédjé, n’en pouvant plus de se faire balloter par un gamin, a fini par faire une faute occasionnant un pénalty en tout début de seconde période. Dans ses œuvres, Opa a ensuite provoqué l’exclusion de Koné. Le natif de Mantes-La-Jolie aurait même pu ouvrir son compteur but en reprenant de la tête un superbe service de Mathieu Dossevi, avant de rater le cadre. Tout était bien parti pour le jeune Opa. Les lueurs d’un avenir meilleur scintillaient pour Opa Nguette. Il marque 3 buts en 19 matchs, pour un début. Le serial buteur avait tout pour s’assumer en tant que leader. Il s’était déjà forgé une réputation d’international tricolore U18 et même U19.

Le frein : La tournure de sa carrière était très belle pour être vrai. La saison suivante sera cauchemardesque pour Opa qui ne jouera que 10 minutes et zéro but la saison 2013-2014. L’histoire avec Valenciennes commence à battre de l’aile. Pour ne rien arranger, le jeune Opa a contracté des blessures. Valenciennes descend en Ligue 2 la saison 2014-2015, Opa joue 23 matchs et marque 4 buts. La saison suivante, toujours avec Valenciennes en Ligue 2, est pire. Nguette mis au frigo pour avoir refusé de prolonger son contrat. Il ne marque qu’un seul but en 14 matchs.

 

Flamme à raviver : Après la difficile saison 2015-2016 qu’il a vécue à Valenciennes, Opa s’est trouvé un point de chute pour essayer de raviver sa flamme. Revanchard, le Franco-sénégalais entend mettre les bouchés doubles pour revenir. «En Ligue 2, j’ai eu des blessures et j’ai eu du mal à revenir. Je ne jouais pas beaucoup. Je me suis accroché et cette année, j’ai réussi à revenir en Ligue 1. Avec Metz, tout se passe bien. J’espère enchaîner les matchs et revenir à mon meilleur niveau. J’ai été titularisé avec Metz depuis le début de la saison. J’espère revenir à mon meilleur niveau très bientôt», confie ce Sénégalais d’origine qui ne cracherait pas sur le maillot du Sénégal. «Le Sénégal, j’y pense parfois. Le seul souci, c’est que beaucoup de gens ne savent pas que je suis Sénégalais», regrette Opa Nguette. «C’est vrai que mon nom ne sonne pas trop Sénégalais. Je suis né à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines (le 8 juillet 1994). Mes parents sont originaires de Sinthiou Mamadou Boubou (département de Goudiry région de Tamba). D’ailleurs, ma maman (Sala Diallo) est actuellement au Sénégal où elle va passer la fête de Tabaski. Depuis tout petit, je suis l’Equipe du Sénégal. Pas parce qu’on nous l’oblige, mais on regardait le Sénégal jouer avec la famille, les amis… Je me rappelle de la Coupe du monde 2002 qu’on a suivie avec la famille. J’étais petit, mais je m’en souviens encore. Je suis venu au Sénégal, il y a trois ans. J’ai fait Dakar, Thiès et un peu partout. J’ai connu Saliou Ciss avec qui j’ai joué à Valenciennes et, cette année, Ismaïla Sarr et Habibou Diallo. Franchement, j’aimerais bien jouer pour le Sénégal et représenter ainsi la patrie», explique ce Sénégalais de France.