PARTAGER

L’on se demandait quelle proposition Naples avait dû faire à Kalidou Koulibaly pour le garder malgré l’offensive de Chelsea, prêt à casser sa tirelire pour le Sénégalais. Une prolongation et un salaire plus que doublé auraient calmé les velléités de départ du Sénégalais

L’histoire de son transfert finalement avorté a fait partie des meilleurs feuilletons de l’été. Un transfert raté malgré les 50 millions d’euros que proposaient les Blues pour s’attacher les services de Kalidou Koulibaly. Le bras de fer intense entre le défenseur des Lions et son président par presse interposée s’était subitement estompé. Et alors que certains s’offusquaient même de voir le défenseur des Lions débarquer en sélection sans avoir finalisé son transfert, Kalidou Koulibaly en avait surpris plus d’un, déclarant dans Stades qu’il avait décidé luimême de remettre son départ à plus tard. «J’avais personnellement décidé de rester à Naples», déclarait, en effet, le Sénégalais dans un entretien au quotidien du sport. Et Koulibaly de boter en touche dans la foulée, déclarant «j’ai de bonnes relations avec mes dirigeants» ou encore «je n’ai jamais reçu d’amende». Une manière pour le Sénégalais de nier la guéguerre supposée ou réelle qui l’aurait opposé à son président. Tant mieux donc pour le natif de Saint-Dié. Footsur7 donne en tout des cas des raisons qui auraient pu amener l’international sénégalais à calmer ses ardeurs.

En effet, informe la même source, après avoir refusé les 50 millions d’euros, les dirigeants de Naples vont proposer à l’ancien messin un nouveau contrat. À en croire la même source, le salaire du Sénégalais qui émargeait à 800 000 euros (520 000 000 millions fCfA) par saison sera plus que doublé. Kalidou Koulibaly devrait, en effet, toucher 1 900 000 euros (1,2 milliard fCfA) par an. Une proposition qui peut effectivement amener à réfléchir. Surtout le club italien ne sortira pas perdant dans l’affaire, puisque la clause libératoire du joueur devrait être assez conséquente pour permettre au club de gagner au change au moment de transférer le Sénégalais.