Partager
Mame biram Diouf

Titularisé lors des trois premiers matchs de Stoke City de la saison en Angleterre, l’international sénégalais Mame Biram Diouf, doit faire face à une concurrence plus ardue avec l’arrivée ce mercredi dans son club de l’attaquant ivoirien Wilfried Bony.

Prêté pour une saison à Stoke City, l’attaquant ivoirien cherchera à relancer sa carrière de buteur après une saison à Manchester City où il n’a pas réussi à s’imposer.

Bony arrive dans un club de Stoke City en panne de points en ce début de saison où l’attaquant sénégalais n’a pas encore marqué en dépit de ses trois titularisations.

Stoke City, après un nul 1-1 contre le promu Middlesborough lors de la première journée, des revers respectivement contre Manchester City 1-4 et Everton 0-1 pour les deuxième et 3-ème journée de l’élite anglaise, occupe la dernière place de Premier league.

En recrutant un renfort en attaque, le staff technique dirigé par Mark Hughes montre qu’il n’est pas totalement satisfait du rendement de ce compartiment de son équipe.

Il revient à Mame Biram Diouf qui a préféré mardi devant la presse sénégalaise, ne pas évoquer le marché estival, de démontrer que cette panne de début de saison n’est que passagère et qu’une bonne réussite contre la Namibie, samedi en éliminatoires de la CAN 2017, pourrait lui servir de déclic pour entrer de plain-pied dans sa saison.

Et face à la concurrence de Wilfried Bony, le buteur attitré des Lions depuis le passage d’Alain Giresse (2013-2015) aura à faire à forte partie.

Si le passage de l’attaquant ivoirien chez les Citizens n’a pas été une franche réussite, Bony qui a débuté sa carrière dans son pays, a empilé les buts dans ses clubs notamment à Vitesse Arnhem aux Pays Bas où il avait marqué 31 buts en 30 matchs lors de la saison 2012-2013.

Lors de sa première saison en Angleterre à Swansea (2013-2014), il a fait parler la poudre avec 25 buts (2013-2014) faisant de lui, l’un des meilleurs buteurs de la Premier league.

D’ailleurs, c’est grâce à ces statistiques que Manchester City est allé le recruter en janvier 2015 alors qu’il préparait la CAN avec les Eléphants de Côte d’Ivoire.

Avec une équipe jouant les premiers rôles et face à une concurrence plus féroce, l’Eléphant qui a entre temps gagné la CAN organisée en Guinée Equatoriale, n’a pas réussi à s’imposer.

Prêté ce mercredi lors du dernier jour du marché estival des transferts, il a l’occasion de prouver qu’il reste un bon attaquant.