Partager

Actuellement en stage en France, notamment à Strasbourg et Lille, Serigne Saliou Dia n’en garde pas moins un œil sur le quotidien du football sénégalais. Comme la qualification des U17 pour l’ultime tour des éliminatoires de la CAN 2017. 

«C’est très positif et surtout c’est dans le tempo du renouveau du football sénégalais au niveau de la petite catégorie», a indiqué Serigne Saliou Dia qui sortait du Parc des Princes où il a suivi la victoire (3-0) du Paris SG face à Metz de ses Olympiques Ismaïla Sarr et Habib Diallo. «Cela est dû en grande partie à l’acquisition du Centre Jules Bocandé de Toubab Dialao qui permet des regroupements permanents. D’autre part, il y a l’apport considérable et en qualité des centres de formation. Sans occulter, surtout en U20, le niveau des compétitions de la Ligue pro qui permet d’avoir des joueurs aguerris et mentalement bien préparés aux aléas du haut niveau», a analysé le technicien qui rumine encore l’absence du Sénégal aux JO de Rio. Car, estime-t-il, les Olympiques avaient largement le niveau de la compétition que le Brésil vient de remporter devant l’Allemagne et où le champion d’Afrique, le Nigeria, s’est classé 3ème. «Oui largement à mon avis, vu la qualité des matchs que l’on avait faits et tous les joueurs qui pouvaient bonifier le groupe si on devait y participer», a indiqué Serigne Saliou Dia qui vient d’être nommé directeur sportif de Mbour Petite Côte. Une mission qui, confie-t-il, n’est pas antinomique à ses charges d’entraîneur à Aspire. «Je travaille à Aspire et je suis à temps plein la-bas. Mais j’ai toujours appuyé Mbour PC. Cette nomination l’officialise juste mais quand je ne suis pas au boulot je les appuie toujours. C ‘est juste dans la conception de la politique sportive du club, ses orientations. Je n’ai même pas besoin d’être la-bas», explique-t-il se disant par ailleurs «heureux de retrouver Badara (Sarr, son adjoint en sélection U23, ndlr) pour la mise en place d’un projet sportif commun», Sur les raisons de son présent stage en France, il déclare : «Je veux voir un grand nombre de clubs. C ‘est pour moi une autre façon d’apprendre, de voir ce qui se fait au haut niveau».