Partager
L’AS Saint-Étienne, qui n’avait pas donné l’autorisation à son défenseur central, Bayal Sall, de se rendre au Qatar, lui a fixé un ultimatum. Il expirait hier soir. Soit les dirigeants stéphanois recevaient tous les documents demandés, signés et en bonne et due forme, soit ils exigeaient le retour immédiat de Moustapha Bayal Sall (30 ans) dans le Forez, où il lui reste un an de contrat à honorer. Un mail a été envoyé en ce sens à son agent.

Les Verts restent échaudés

L’ASSE n’aurait en effet reçu aucune garantie de paiement concernant l’indemnité de transfert de 1 M€. Or les Verts restent échaudés par les précédents transferts du Brésilien Nivaldo en 2008, puis du Guinéen Pascal Feindouno la même année, tous deux à Al-Sadd Sports Club, au Qatar. Ils avaient alors été contraints de saisir l’UEFA pour être payés. Saint-Étienne ne laissera pas son vice-capitaine signer à Al-Arabi sans avoir reçu un virement de 1 M€ au préalable.
« Bayal Sall est parti négocier au Qatar sans notre autorisation. Il ne sera pas payé. Il n’y a toujours rien d’officiel et il faut trancher. Ou il y a accord ce mercredi, ou il revient. La priorité du recrutement dépend du départ de Sall » confie Roland Romeyer, Président du directoire au Progrés.