Partager

Le talent ne s’achète pas, on naît avec.  Certes on peut travailler  pour atteindre un tel niveau de performance sans avoir le talent qui va avec, mais en football l’inspiration,  la vista,  la technique, la  facilité  à éliminer son  vis-à-vis, restent des qualités qui relèvent d’un don de soi.  Abdoulaye Bâ de Niary Tally a prouvé samedi lors de la finale de la coupe du Sénégal qu’on ne l’appelle pas « Messi » pour rien. Alors que tout le monde pensait à une prolongation (on était à zéro but partout), la pepitaà elle toute seule, forcé la décision. 81e mn, centre  millimétré de Talla Ndiaye, l’action qui suit est une pure merveille, un but de ligue des champion. En pleine  surface de réparation, Abdoulaye Bâ fait le contrôle juste de la gauche  pour enchainer ensuite avec la volée du  droit. L’enchainement et la rapidité d’éxécution sont parfaits.  Quelle classe. Ce premier but déverrouille lecatenaccio casaçais.

Obligé de se jeter à l’abordage pour refaire son retard, le Casa subit dans la foulée, le désastre. Sur une contre attaque mortelle orchestrée par Bâ, qui d’une pichenette, lobe le dernier défenseur du Casa, met Talla Ndiaye sur orbite pour le 2-0 du match (86e mn). Le doublé d’Abdoulaye Bâ, le troisième but (90+1) de Ngb, est d’une intelligence sans commune mesure. Lancé en profondeur, «Messi» devance l’arrière garde ziguinchoroise, joue avec son corps, aidé par son petit gabarit, un petit geste du défenseur adverse et le penalty sera sifflé. Mais Laye Bâ ira plus loin de ce que l’on a pensé. Il sort le crochet intérieur, élimine le  gardien Yaya Mané du Casa et pousse avec son pied droit le cuir dans les buts vides. Chapeau ! Logique de le voir finir « homme du match» de la  finale. Car, la pépite a brillé autant que le metal (on parle de pépite d’or) au sens propre, samedi au stade Léopold Sedar Senghor.