Partager

Comme la plupart des observateurs, Pape Diouf est d’avis que le Sénégal est logé dans une poule où il est au-dessus de ses adversaires. Toutefois, l’ancien président de l’Olympique de Marseille appelle à la vigilance pour ne pas être surpris

« Le tirage au sort, dans l’ensemble me paraît assez homogène. Mais, c’est le propre de tout tirage de cette nature de susciter des commentaires divers et parfois même contradictoires. Le groupe B me paraît effectivement comme le plus incertain, en tout cas le groupe où chacun des quatre protagonistes aura son mot à dire. Ce sont là des nations qui ont toutes gagné la CAN. La forme du moment sera déterminante. Parlant du groupe D, je dirais que le Sénégal aurait mauvaise grâce de se plaindre. Rien n’est évidemment joué pour les Lions, mais le coup est parfaitement jouable. Les adversaires ne sont pas à dédaigner mais ce ne sont quand-même pas des cadors. Il faut éviter de sous estimer l’opposition, tel doit être pour eux le premier commandement. Mais, pour cela, je fais confiance à Aliou pour tenir son monde éveillé et concentré. une qualification en Coupe du monde et le souvenir de 2002 constitueront de sérieuses motivations.

La qualification se jouera sur tous les aspects techniques, tactiques, la préparation psychologique et mentale entre autres. Il faudra impérativement se montrer conquérant à l’extérieur. Le nivellement des valeurs traverse aujourd’hui le football continental au point que tout reste envisageable. Le Burkina Faso et le Cap-Vert ont beaucoup progressé ces dernières années. Il convient de se méfier de l’Afrique du Sud certes instable mais capable de se réveiller. Je pense, malgré tout, qu’une équipe du Sénégal sans grande défaillance devrait mettre tout le monde d’accord. »