Partager

Comme Diafra Sakho, et avant lui, Sadio Mané, Mayoro Ndoye et Abdallah Ndour ont poussé les portes de Génération Foot pour entrer dans le monde du professionnalisme. La première expérience au FC Metz fut difficile, mais Strasbourg, qui leur a tendu les bras, pourrait être un bon point de chute pour ces Sénégalais à la recherche de temps de jeu. Le terrain retrouvé, ils caressent le rêve de rejoindre les plus grands championnats.  

GENERATION FOOT, RETOUR AUX SOURCES

Mayoro Ndoye : «C’est toujours un plaisir, pendant les vacances, de revenir à Génération Foot, là où tout a commencé. Ça nous permet de nous ressourcer, mais aussi de discuter avec les jeunes. Ils ont besoin de nous. Nous avons bien profité des conseils de Diafra et Fallou Diagne, à nous maintenant de rendre la monnaie de la pièce.»

Abdallah Ndour : «Ça fait plaisir. Mayoro et moi sommes venus au centre à l’âge de 14 ans. Revenir voir les encadreurs qui nous ont mis sur le bon chemin, cela nous procure une joie immense. C’est aussi une façon de motiver nos jeunes frères. Qui certainement, voudront marcher sur nos pas. Quand on était au centre, en plus du plaisir qu’on avait à voir les Diafra Sakho et Fallou Diagne évoluer en Europe, leur présence parmi nous était une source de motivation.»

Bilan : bye bye national, la ligue 2, nous voila

A ND : «Nous avons réussi à monter en Ligue 2 et avons été dans l’équipe type de la saison en National. Donc, le bilan est largement positif ! Après deux belles saisons en National, nous irons à l’assaut de la Ligue 2. C’est un champion très difficile, mais on pourra compter sur un public fabuleux.»

M ND : «La Ligue 2 et le National sont totalement différents. J’en sais quelque chose, pour avoir disputé des matches avec le Fc Metz avant d’aller à Strasbourg. Mais si l’on arrive à maintenir l’état d’esprit qu’on avait en National, ça devrait aller ; on a été de vrais guerriers.»

Diafra, un exemple a suivre

A ND : «A Metz, une blessure m’avait éloigné des terrains pendant un bon bout de temps. A mon retour, l’équipe était déjà en place. Je n’avais pas d’autre choix que de demander à être prêté, pour avoir un temps de jeu. Strasbourg m’a permis de gagner en expérience. Diafra a fait le même parcours, en allant à Boulogne, avant de revenir au Fc Metz pour exploser. Pourquoi pas nous ? Cette saison passée en National à côté de joueurs d’expérience m’a permis de progresser sur tous les plans. Je suis prêt à relever le défi de la Ligue 2.»

M ND : «Au Fc Metz, Diafra a été un guide pour moi. Il ne cessait de me prodiguer de bons conseils. Par la suite, j’ai demandé à partir, parce que je n’avais pas de temps de jeu conséquent. Diafra Sakho était confronté à cette situation, il est parti à Boulogne, avant de revenir faire ses preuves à Metz, puis continuer son chemin. Je me suis servi de cet exemple pour aller à Strasbourg, dans le seul but de montrer à tout le monde que je suis encore là. En six mois, j’ai gagné ma place de titulaire et marqué sept buts. La Ligue 2 n’est pas un championnat facile, mais je suis bien armé. Je suis mentalement fort et bien dans ma tête. Je veux aller le plus loin possible.»

Mamadou Niang et Bocandé, les légendes

M Nd : «Dès mon premier jour à Strasbourg, les dirigeants m’ont montré ses photos. Mamadou Niang y a laissé une belle empreinte. Les dirigeants sont fiers de lui. C’est un bel exemple pour tout jeune qui arrive au club. A Metz également, Bocandé, un autre Sénégalais, a écrit une des plus belles pages du club. C’est une vraie légende là-bas. Donc, nous ne manquons pas de repères.»

A ND : «Ces joueurs sont des sources d’inspiration. Maintenant, ils ne sont plus dans ces clubs, à nous de prendre la relève et d’y laisser des traces, comme eux l’ont fait. Heureusement, nous sommes jeunes, mais faisons en sorte de mériter le respect de nos dirigeants. Nous sommes sur cette voie tracée par Mamadou Niang à Strasbourg et Bocandé au FC Metz.»

Le reve d’aller plus haut

A ND : «Strasbourg est une bonne vitrine : un public magnifique, une histoire et des dirigeants qui ont de l’ambition. La Ligue 2 nous apportera plus de lumière. Dans un premier temps, nous allons essayer de faire une très belle saison, pour pouvoir viser plus haut, les plus grands clubs. L’équipe nationale n’est pas pour le moment une priorité, c’est un objectif à long terme, un rêve.»

M ND : «C’est une fierté pour tout footballeur de défendre les couleurs de sa nation, mais c’est Dieu qui décide. Notre devoir est de ne rien lâcher sur le terrain. La Ligue 2, un championnat suivi par les recruteurs et les sélectionneurs, nous mettra plus en évidence. Je travaille pour jouer en Ligue 1 et aller en Angleterre.»