Partager

 L’équipe du Sénégal «part légèrement favori» du groupe D des qualifications de la Coupe du monde 2018 même si ses adversaires ont une belle carte à jouer dans ces éliminatoires, a analysé l’ancien attaquant burkinabé, Narcisse Yaméogo, actuellement adjoint du Portugais Paulo Duarte sur le banc des Etalons.

«L’équipe du Sénégal est le favori mais tout le monde dans cette poule va jouer ses chances à fond pour se qualifier à la Coupe du monde qui reste la compétition majeure dans la carrière d’un footballeur et d’un technicien», a dit l’ancien attaquant de la Jeanne d’Arc de Dakar. Au sujet des Lions, celui qui assiste le technicien portugais Paulo Duarte depuis l’expérience de ce dernier au Gabon de 2012-2013, estime que potentiellement, il n’y a pas photo avec les autres adversaires du groupe D. «Mais on ne gagne pas seulement sur son potentiel», s’est empressé d’ajouter l’ancien attaquant champion du Sénégal à deux reprises avec la JA de 2001 à 2003. «Au Burkina Faso, nous sommes en reconstruction mais cela ne veut pas dire manquer d’ambitions», a-t-il précisé soulignant qu’il a une volonté d’injecter du sang neuf dans le groupe de performance. «En football, il y a le talent mais aussi il faut avoir la volonté, l’engagement et la solidarité» a ajouté l’attaquant international buteur lors de la dernière victoire du Burkina Faso contre le Sénégal lors des éliminatoires de la CAN 2008 à Ouagadougou. Et en plus du Sénégal et du Burkina Faso, il y a l’Afrique du Sud et le Cap Vert et pour Yaméogo, tout le monde doit faire attention à cette équipe cap-verdienne «devenue deux mois plus tôt numéro 1 en Afrique». «L’équipe capverdienne progresse d’année en année et elle a un gros potentiel avec les nombreux joueurs capverdiens d’origine qui évolue au Portugal» a dit l’ancien attaquant de Braga (élite portugaise). «J’ai joué quelques saisons au Portugal et je peux dire qu’ils sont plusieurs jeunes footballeurs d’origine capverdienne qui évoluent dans les centres de formation de Porto, de Benfica et du Sporting de Lisbonne», a-t-il dit relevant que l’actuel groupe de performance est déjà de très haut niveau. «L’Afrique du Sud aura aussi son mot à dire et pour résumer je peux dire que c’est un groupe où il ne faut pas manquer les débuts», a-t-il dit soulignant que le Burkina Faso va utiliser son dernier match de qualification à la CAN 2017 contre le Botswana (septembre) pour lancer sa préparation aux éliminatoires de la Coupe du monde. «En 2014, nous avons été éliminés au dernier tour par l’Algérie et pour cette Coupe du monde 2018, nous allons jouer nos chances à fond pour intégrer le cercle des pays africains ayant joué un Mondial», a-t-il assuré.