PARTAGER

L’Union Sportive de Gorée, championne du Sénégal, c’est l’histoire incroyable d’une équipe prévue pour jouer le maintien en Ligue 1, composée de joueurs « pas programmés pour être pros » et façonnée par un jeune entraîneur, Aly Male qui dirigeait pour la première fois une équipe de l’élite.

Gorée l’a fait. Contre toute logique, contre tous les pronostics, les hommes d’Aly Male ont signé l’un des plus incroyables exploits sportifs de ces dernières années en devenant champions du Sénégal, dimanche, bien aidés par Ngor qui était déjà relégué avant d’affronter les Insulaires.

Il y a un an, le club du président Me Augustin Senghor par ailleurs patron du football sénégalais, se battait pour retrouver la Ligue 1, conformément à son statut. Une saison plus tard, il a remporté le quatrième titre de son histoire en faisant tomber tous les grands favoris, Jaraaf, Casa, Diambars et Niary Tally.

Mais un club sorti de nulle part, ou plus exactement de deuxième division où il évoluait il y a un an, a créé une sensation dont la seule précédente comparable en football au niveau local est l’As Douanes, championne du Sénégal en 2014-2015 alors qu’elle venait tout droit de la Ligue 2. L’hallucinante histoire de l’Us Gorée se résume en trois étapes.

Le mental de Leicester

Il fallait être fou ou supporter indéfectible pour croire au sacre de l’île aux 1000 habitants, située à quelques kilomètres de Dakar. Depuis l’avènement de la Ligue pro en 2009, la Ligue 1 vient de vivre une des saisons les plus impressionnantes avec un champion qui ne possède pas les joueurs les plus talentueux. A l’image de Leicester récent champion d’Angleterre, Gorée se ventait aussi d’avoir des éléments comme Roger Gomis, un des anciens de l’équipe, Jean Rémy Bocandé ou encore Dijby Diaw Tireira trois joueurs qui ont un mental de fer, ne lâchant jamais devant l’adversaire. Ils n’avaient pas besoin du beau jeu pour remporter les matchs et grâce à ça, ils ont la meilleure équipe à domicile avec 7 victoires, 5 nuls et 1 défaite.

L’autre point fort de Gorée cette saison, c’est son jeune excentré, Mor Talla Nguer qui évoluait encore en Ligue 2 il y a deux ans (au Duc) avant de devenir la révélation de l’année en Ligue 1. Les performances du milieu de terrain ont été si excellentes qu’elles l’ont amené chez les juniors du Sénégal.

La stabilité de son banc

Alors qu’on pensait que la valse des entraîneurs allait aussi concerner le club des Insulaires. Mais c’est loin de là. Au moment où des clubs comme le Ndiambour, l’As Douanes, l’Us Ouakam, le Stade de Mbour…se séparaient de leurs entraîneurs, les dirigeants goréens confirmaient Aly Male. Pourtant, Gorée était resté pendant dix journées sans gagner (de la 3eà la 13e journée). Une période qui l’avait placé dans la zone de relégation pendant plusieurs journées. L’ancien international sénégalais a finalement eu raison, car toutes les équipes qui ont changé d’entraîneur au cours de la saison, ont lutté jusqu’au bout pour se maintenir. C’est le cas du Ndiambour et de l’As Douanes.

Nomination d’un directeur technique en pleine saison

Malin qu’il est, le président de l’Us Gorée, Me Augustin Senghor n’a pas laissé ses différents entraîneurs travailler seuls au niveau de leurs équipes respectives. En pleine saison, le patron du club a nommé un directeur technique en l’occurrence Bassouaré Diaby, ancien sélectionneur de l’équipe nationale féminine de football du Sénégal. Un choix qui semble porter ses fruits d’autant que l’équipe a retrouvé ses marques lors de la phase retour avec au final, un titre de champion 32 ans après. Une belle histoire qui fait renaître les clubs qui étaient en perte de vitesse.