Partager

Consultant à Canal+ Afrique depuis le début de l’Euro, Diomansy Kamara se plaît dans son nouveau costume. L’international sénégalais qui fait de l’Italie son favori n°1 dit représenter le Sénégal dans cette chaîne décryptée suivie dans toute l’Afrique francophone, avec Pape Diouf, Aboubacry Bâ et Habib Bèye.

Diomansy, comment vivez-vous vos premières heures dans la consultance ?

Ça va je me sens à l’aise dans le commentaire des matchs. J’avais l’opportunité au mois de janvier, après une émission de Talents d’Afrique dont j’étais l’invité, de travailler avec Canal+. Mais à cette époque-là, ce n’était pas une priorité. J’ai décliné l’offre. Après, dernièrement, on m’a contacté pour devenir consultant à l’Euro. Chose que j’ai acceptée avec plaisir. Et pour l’instant, ça se passé bien.

Comment le contact a été noué avec Canal+ ?

C’est grâce à Aboubacry Bâ que je suis intégré. Il m’avait invité à Talents d’Afrique au mois de janvier. Après l’émission, il m’a rappelé à nouveau pour me dire que j’avais fait une bonne prestation. Ils étaient intéressés et pour l’Euro, ils cherchaient un consultant. Par la suite, Abou en a discuté avec Habib Bèye et le Directeur de Canal+. Ce dernier s’était rappelé de moi au mois de janvier et c’était parti pour une collaboration.

Le contrat se limite-t-il juste à l’Euro ?

C’est à la fin de l’Euro qu’on va évaluer tout cela. Mais pour l’instant, je me sens bien dans ce domaine. Maintenant, à la fin de la compétition, je saurais si ce métier me plaît et si je pourrais continuer comme le fait Habib Bèye.

Commentez le football doit être aisé pour un ancien footballeur…

Je suis à l’aise. Contrairement à ce que les gens pensent, je ne suis pas du tout timide. Je ne suis pas réservé non plus. Ce métier peut me convenir. Sauf que, depuis quelque temps, je suis rentré à Dakar et j’ai commencé à travailler avec quelques jeunes dans ma boite. Maintenant, je verrai si je peux concilier les deux. Mais, sans vous le cacher, j’aime bien ce métier de consultant parce qu’il est enrichissant. C’est une belle expérience que je vis présentement.

En tant qu’ancien attaquant, vous devez avoir les fourmis dans les jambes ?

Non du tout. Il faut savoir raison garder. On peut vibrer, tout en restant zen. Là, comme mes compatriotes, je dois donner une bonne image du Sénégal. On est un modèle pour les jeunes et on veut prouver qu’après nos carrières, on peut faire d’autres choses. En tant que panafricain, je suis super heureux que mes concitoyens me regardent tout le temps sur Canal+ Afrique. Ça fait vraiment du baume au cœur. J’espère qu’ils sont satisfaits de ce que je fais.

La colonie sénégalaise à Canal+ s’agrandit avec Aboubacry Bâ, Habib Bèye, Pape Diouf et maintenant vous…

On est fier de tout cela. D’ailleurs, avec Abou et Habib on en parle souvent. Cela veut dire que les dirigeants de Canal aiment les Sénégalais et ils savent qu’ils ont du talent. Moi,je dis qu’au-delà du Sénégal, nous représentons toute l’Afrique. On prouve qu’on a des idées à véhiculer, on peut s’exprimer.

Comment trouvez-vous le niveau de cet Euro 2016 ?

C’est la première fois que cette compétition se joue avec 24 équipes. Auparavant, c’était un Euro de 16 équipes d’où une compétition très relevée. Aujourd’hui, vous verrez des équipes comme les Pays de Galles, Irlande du Nord. Mais, n’oubliez pas qu’au premier tour, les grosses cylindrées prennent du temps pour convaincre. Mais, à partir des 8ème de finale, on verra le vrai visage de certaines grandes nations telles que la France, l’Allemagne et le Portugal.

Sur quelle équipe misez-vous pour le titre européen ?

J’aime bien l’Italie qui a fait une prestation solide contre l’un des prétendants, la Belgique. Ils ont Antonio Conte qui reste l’un des grands entraîneurs d’Europe. Je pense que dans cette compétition, l’Italie aura franchement son mot à dire.