Partager

La réponse du berger à la bergère. Suite à la sortie de Diamil Faye, hier dans nos colonnes, demandant à Saër Seck de «lâcher la présidence de la Ligue pro», évoquant un «conflit d’intérêts», Diambars sort de son silence. Ce n’est pas le président de l’institut de formation de Saly et président de la Lsfp qui réagit, mais plutôt le Directeur technique du centre, Moussa Camara, qui apporte la réplique au patron de Guédiawaye Fc.

Favoritisme : «Si Diambars était favorisé, on serait premier. Qui demanderait des faveurs pour être deuxième ou troisième ? Diambars a perdu le Championnat à domicile contre le Casa-Sports en 2012. Est-ce que nous étions favorisés ? Il faut être vraiment con pour perdre chez nous en bénéficiant des faveurs de l’arbitrage. Pourquoi penser qu’à chaque fois que Diambars gagne, c’est parce qu’il a des faveurs et c’est normal quand il perd ? Il faut que les gens respectent les équipes et le travail des clubs. C’est le plus important. Les clubs font des efforts et tout se gagne sur le terrain. Il faut être vraiment c… pour dire que Diambars est favorisé après le travail que nous avons fait depuis belle lurette. Tout le monde sait que Diambars joue avec les plus jeunes joueurs du Championnat. Qu’on le veuille ou non, Diambars a relevé le niveau du football sénégalais. Il n’y a aucun club qui a quatre joueurs en Equipe nationale A du Sénégal (Kara Mbodj, Pape Ndiaye Souaré, Pape Alioune Ndiaye et Idrissa Gana Guèye, Ndlr).»

Diamil : «Quand on est président de club, tout ce qu’on dit doit être mesuré avant d’être porté sur la place publique. Il doit avoir un droit de réserve. Quand deux personnes ont une discussion appropriée dans un cadre convivial, cela ne doit être divulgué dans la presse. Il faut qu’il sache que le football a commencé bien avant lui. Nous sommes dans le football sénégalais depuis 50 ans. On n’est pas dirigeant depuis 2010. Il faut qu’il sache raison garder et ce n’est pas respectueux de parler ainsi de son homologue dans la presse pour essayer de le mouiller et le salir. Dans l’intégrité et les finances, personne ne peut reprocher quelque chose à Saër. Au contraire, il est gentil et c’est pourquoi il l’attaque. Il n’a pas besoin d’argent. Maintenant, s’il a un problème, il y a un cadre pour s’exprimer et non faire de pareilles déclarations qui remettent en cause l’intégrité. C’est la Ligue pro qui doit réagir face à ce genre de comportement. Les dirigeants doivent intervenir pour lui dire qu’il n’est pas un donneur de leçons.»

«Quand on jouait, Diamil ne connaissait pas le football»

Conflits d’intérêts : «Parler de conflit d’intérêts, c’est manquer de respect à sa fonction de président. Il faut sauvegarder les valeurs de respect dans le football. Et puis le football, ce n’est pas lui qui l’a inventé. Il est président de Guédiawaye depuis quelques années, mais le football sénégalais existait depuis 40 – 50 ans, avec des présidents de clubs. Le sport a des valeurs saines qu’il faut s’inspirer pour véhiculer des messages de paix et de réunification. On ne fait pas le football pour diviser les gens et il faut qu’il le comprenne. Ce n’est pas seulement dans les écoles et dans le management qu’on apprend le sport. C’est dans la vie de tous les jours. C’est le respect, la solidarité et le fair-play, des valeurs que véhicule la Fifa. Ce n’est pas le dénigrement des gens.»

Pape Diouf : «Quand il dit que Pape Diouf doit être président de la Ligue… Pape Diouf n’est pas plus compétent que nous. Il n’a pas plus de diplômes ou connaît le football mieux que moi. Quand je jouais au football, il était supporteur (sic). Il faut qu’il (Diamil) arrête son cinéma. Nous sommes des acteurs du football sénégalais depuis des années. On a joué en cadets, juniors, séniors, championnat universitaire, au Jaraaf, en Equipe nationale du Sénégal et la Coupe d’Afrique. Il n’a même pas de respect pour les acteurs du football sénégalais. Il n’y a que des noms qui l’intéressent, alors que nous sommes dans le travail au quotidien. Quand on jouait, il ne connaissait pas le football. Il est président de club, d’accord, on le respecte. Ce respect est fondamental et il doit avoir le même envers les autres personnes qui se donnent corps et âme pour le football sénégalais.»