Concurrence dans l’entrejeu du Sénégal : La hiérarchie sera-t-elle bouleversée ?

Concurrence dans l’entrejeu du Sénégal : La hiérarchie sera-t-elle bouleversée ?

Partager

A six mois de la phase finale de la CAN-2017, le temps semble déjà compté pour les Lions, surtout que des correctifs sont attendus sur la ligne médiane de l’équipe. Hormis Gana Gueye et Cheikhou Kouyaté qui semblent indéboulonnables, les cartes seront redistribuées pour l’équilibre du groupe. 

Gana-Kouyaté, une paire indéboulonnable 

Depuis presqu’un an, la paire Kouyaté-Gana semble indéboulonnable dans l’entrejeu de l’équipe du Sénégal. Devenu incontournable dans la récupération, « Yadél » continue d’épater tout le monde. Généralement discret lors des rencontres, il assure avant tout le lien entre le milieu de terrain et l’attaque. D’ailleurs, depuis quelque temps, le capitaine des Lions n’hésite pas à aller au charbon pour scorer et montrer ainsi la voie aux attaquants.

Comme Cheikhou, Gana Guèye se montre tout aussi précieux dans la récupération et la distribution du ballon. Si depuis plus d’un an il est devenu inamovible dans l’entrejeu, c’est en grande partie grâce à sa générosité dans l’effort. Le sociétaire d’Aston Villa ne fait pas que descendre très bas pour toucher beaucoup de ballons, il trouve également les bons décalages et réalise même quelques gestes de classé.

Derrière Gana Guèye et Cheikhou Kouyaté, Momo Diamé, Younousse Sankharé, Pape Alioune Ndiaye et Pape Kouly Diop sans oublier Cheikh Ndoye, se cherchent encore une place dans l’entrejeu.

Diamé pour récupérer son «bien»

Il était l’un des éléments clés d’Alain Giresse au milieu de terrain du Sénégal. Mais, au fil des rencontres, Mohamed Diamé a été bousculé par la jeune garde. Resté longtemps blessé, le sociétaire de Hull City, à défaut d’être le choix numéro un d’Aliou Cissé pour animer la ligne médiane de son équipe, tient sa place de titulaire dans un dispositif de 4-3-3. S’il ne constitue pas une menace pour le duo Gana-Kouyatè, Momo essaie de tirer son épingle du jeu. En attestent ses performances lors de la double confrontation avec le Niger, à l’occasion des 3ème et 4ème journées des éliminatoires de la CAN-2017. D’ailleurs, face au Mena, le vice-capitaine des Lions s’est permis d’ouvrir le score pour le Sénégal. Et même si sa présence est saluée dans la Tanière, le Tiger a vainement tenté de monter en rythme face au Burundi. Imprécis dans ses transversales et un peu lent à l’exécution, il semblait avoir du mal à trouver le bon placement et la bonne carburation. Mais, peu avant la pause, l’ancien joueur de West Ham a accéléré, distribuant de bons ballons aux attaquants.

Sankharé, ou la bonne patte gauche

Crédité d’une bonne saison avec Guingamp, Younousse Sankharé, loin d’être une roue de secours, prouve qu’Aliou Cissé peut compter sur lui pour l’animation du milieu de terrain. Même s’il n’est pas teigneux comme la plupart de ses concurrents, l’ancien joueur du PSG, pour sa première titularisation en Lion, aura été très bon. Face au Rwanda, le 28 mai dernier, il a été l’un des rares Sénégalais à avoir joué à son niveau en première période. Ses accélérations explosives dans les couloirs n’ont cessé de créer le danger dans la surface rwandaise. C’est d’ailleurs sur une tête bien brossée (32′) qu’il a permis aux siens de creuser l’écart après l’ouverture de Mame Biram Diouf. Certes, en seconde période, il s’est un peu éteint, mais Sankharé reste un vrai joker de luxe dans l’entrejeu des Lions.

Et PAN dans tout ça ?

A défaut de rester sur le banc de touche, Pape Alioune Ndiaye est souvent envové dans les gradins. Mais, après une saison époustouflante à Osmanlispor (Turquie), le natif de Diamalaye a changé de statut dans la Tanière. Sa titularisation lors de la dernière sortie des Lions face au Burundi en est la preuve. Profitant de l’absence de Diao Baldé Keïta (blessé), PAN s’est montré remuant sur le couloir gauche de l’équipe d’Aliou Cissé. Faisant partie des premiers rideaux défensifs, l’ancien Diambars, qui a manqué de justesse dans ses prises de balle, s’est aussi montré dangereux en s’infiltrant à plusieurs reprises dans la défense des Hirondelles. Au sortir de sa dernière prestation, Badou a lui aussi montré qu’il peut jouer sa partition dans l’entrejeu.

Kouly et les autres…

Pour sa part, Pape Kouly Diop qui est resté plus d’un an avant de revenir en sélection, risque de prendre son mal en patience pour espérer une place de titulaire au milieu de terrain d’Aliou Cissé. Pourtant, il a tiré son épingle du jeu face au Rwanda et au Burundi même s’il n’a pas eu un temps de jeu assez consistant. Idem pour Cheikh Ndoye. Le colosse milieu de terrain d’Angers n’a pas encore fini de prendre ses marques. Même si ses concurrents ont une longueur d’avance sur lui, il n’est pas dit qu’il sera la 5ème roue de la charrette.