Partager

Agé de 24 ans, l’attaquant Sadio Mané incarne l’espoir de la famille du football au Sénégal dans sa longue quête de gagner un jour la CAN qui a échappé jusque-là à toutes les grandes générations de footballeurs du Sénégal.

Auteur de l’ouverture du score dans le match décisif contre le Burundi finalement remporté 2-0 par les Lions, samedi dernier, le sociétaire de Southampton est devenu, depuis 2012 à son retour d’une campagne olympique à Londres, la tête pensante de la sélection nationale.

En tout cas pour cette campagne éliminatoire de la CAN 2017, le natif de Bambaly au sud du pays, auteur de trois buts en cinq matchs, est celui qui débloque les situations grâce à sa vitesse et sa percussion.

Comme un symbole, avant ce but contre les Hirondelles à Bujumbura, c’est lui qui avait clôturé le score au match aller au stade Léopold Sédar Senghor et donner une grande ampleur 3-1 au succès des Lions lors de la première journée des éliminatoires.

Lors de la deuxième journée éliminatoire à Windhoek contre la Namibie en septembre dernier, Sadio Mané, sur les tablettes de Liverpool et de Manchester United selon des médias anglais, avait parachevé la victoire 2-0 en y allant de son but.

S’il a été plutôt l’homme de l’avant-dernière passe contre le Niger (2-0) à Dakar lors de la 3-ème journée, il a pris le match en mains dans la chaleur de Niamey quelques jours plus tard en provoquant le pénalty qui a permis à Moussa Konaté d’ouvrir le score.

La faute qui a amené le coup-franc transformé par Pape Ndiaye Souaré a été commise sur sa personne et a permis aux Lions victorieux 2-1 de confirmer leur suprématie sur le groupe de qualification.

Avant le match contre le Burundi, samedi, Sadio Mané qui a été nommé à deux reprises en 2014 et 2015 meilleur footballeur par la presse sénégalaise, est sur toutes les lèvres et dans toutes les discussions.

Et le marché estival des transferts devrait confirmer la place centrale de l’attaquant de 24 ans dans l’actualité sportive sénégalaise d’autant plus que son ambition de viser plus haut en Premier league, fait l’objet des commentaires les plus passionnés.

D’ailleurs, son absence la veille du match Bujumbura lors de la dernière séance d’entraînement, avait jeté l’émoi parmi les supporters des Lions qu’il avait régalé une semaine plus tôt lors de la rencontre remportée (2-0) contre le Rwanda à Kigali.

S’il est toujours au centre de toutes les attentions, Sadio Mané peine toutefois à assouvir les désirs certains supporters et observateurs qui lui reprochent souvent de jouer souvent avec le frein à la main.

En dépit de l’ouverture du score contre le Burundi, des observateurs n’ont pas manqué de flétrir sa deuxième période contre les Hirondelles et son geste d’énervement contre l’arbitre qui l’a sanctionné d’un carton jaune.

Qualifié de talentueux, le footballeur qui est entré dans l’Histoire en devenant l’auteur du triplé le plus rapide de la Premier League en mai 2015 lors d’un match contre Aston Villa (2 minutes 33 secondes), tarde selon des observateurs à prendre toutes ses responsabilités en sélection.

Au moment où la Tanière cherche des leaders, des joueurs charismatiques ou des grandes gueules comme la génération 2002, quart de finaliste de la Coupe du monde l’avait connu, Sadio Mané aurait pu incarner ce renouveau selon ces observateurs.

Une image qui est loin de coller à l’ancien joueur du FC Metz (2010-2012) et des Red Bulls de Salzburg (2012-2014) connu pour être un introverti fuyant, autant que faire se peut, la lumière.

Ce footballeur qui a appris son métier dans les rues sablonneuses de son village avant d’intégrer l’académie Génération Foot de Dakar promue cette année en Ligue 1 sénégalaise qui a recadré son jeu avant de l’amener poursuivre son ascension au FC Metz dont il est partenaire, préfère laisser le devant de la scène aux autres, se contentant souvent du terrain.