Ligue 1 et Ramadan : un programme allégé pour réussir le dernier...

Ligue 1 et Ramadan : un programme allégé pour réussir le dernier bond

Partager

Le championnat de Ligue1,  va jouer ses 2 dernières journées en plein mois de Ramadan. Entre séances d’entrainement allégées, surveillance médicalisée ou encore travail assez spécialisé, chaque équipe va y aller de son programme. C’est du moins ce qui ressort de la réponse fournies par trois techniciens des équipes les plus placées dans la course au titre. Il s’agit de Boubacar Gadiaga (Diambars, leader avec 37pts+10), Aly Male de l’Us Gorée (2ème avec 36 pts+3) et Demba Ramata Ndiaye du Casa Sport (4e ; 35pts+3 pts).

Les clubs de la Ligue1 et de Ligue 2 joueront leurs deux dernières journées en plein Ramadan. Ce mois de privation impliquer un plan de travail spécial chez trois des grandes équipes prétendantes au titre de champions. Boubacar Gadiaga, entraineur de Diambars, la conservation du fauteuil de leaders  s’accompagne avec une préparation et un  plan de travail allégé. «Pour le jeûne, nous allons laisser les joueurs avec leurs consciences. Je vois mal un individu jeûner quelques jours et laissé un autre pour jouer un match. C’est difficile. Comme le football est un métier, nous allons essayer d’accompagner les jeunes pour qu’ils puissent éviter des risques d’hypoglycémie. Il est déconseillé d’allier le sport au carême.  Comme il ne reste que deux journées, qui sont très importantes pour la course au titre, on va essayer de gérer le groupe avec des séances de travail un peu spécialisée accentué sur le collectif.  Mais il  faut de la vigilance pour les prévenir de tous les risques qui sont liés à cela. Pour ce match du dimanche on va maintenir notre dynamique de préparation avec 5 séances d’entrainement avant le jour de la rencontre .Nos joueurs sont très pratiquants et ils ont réussie à le faire l’année dernière avec les dernières journées du championnat »,  indique-t-il. Aly Male, entraineur de l’Us Gorée,  conseille lui à ses joueurs d’observer  le jeûne mais en restant sous la surveillance du médecin du club.
 « On avance vers deux journées qui sont très précieuses et déterminant dans la course au titre. Il nous faut donc jouer à fond ces matches  et finir à la tête du classement. Pour ce qui concerne le carême il faut jeuner. Mais on va laisser le soin au médecin de voir l’état de santé des joueurs avant de les mettre sur le terrain. Pour ce qui concerne la préparation de nos deux derniers matchs du championnat, on va alléger l’entrainement avec des petits ateliers de travail. Juste pour rester la dynamique sur laquelle notre équipe est placée depuis ces derniers temps »,  confie le technicien insulaire.
Même s’il compte aménager son temps du travail, Demba Ramata Ndiaye, coach du Casa sports de Ziguinchor, pense que le jeûne n’aura pas un grand impact sur sa méthode de travail. « Le Ramadan n’aura pas beaucoup d’impacte sur notre méthode de travail. Quand on est en compétition, la plupart de mes joueurs ne jeûne pas. Vous savez cela est difficile car le football est incompatible au jeun. Car, c’est un jeu qui demande beaucoup d’intensité, d’effort physique et de dépense énergétique. Comme le football est un métier,  ces jeunes attendent la fin de la saison pour rattraper le nombre de jours qu’ils sont restés sans observer le jeûne. Pour le reste de la saison,  la séance de travail seront pratiqués tôt le matin (7H) du matin pour finir avant qu’il ne fasse chaud. Car, nous sommes déterminés à atteindre notre objectif qui est la coupe du Sénégal. Tout en restant parmi les 4 premiers au classement en championnat », souligne le technicien ziguinchorois.