Partager

À l’issue d’une saison époustouflante qui l’a vu disputer 35 des 38 journées de championnat, Cheikhou Kouyaté a aidé West Ham à décrocher une qualification à l’Europa League. Loin d’être rassasié, le milieu de terrain des Hammers et des Lions du Sénégal compte emmener son club le plus loin possible. 

Avec West Ham, vous avez battu Arsenal, Manchester United, Liverpool, Tottenham… presque toutes les grosses cylindrées… 

Oui on a battu toutes les grosses cylindrées, cette année. On a perdu contre les équipes du bas du tableau. J’ai eu des amis qui m’ont même dit qu’à cause de ces défaites, ils sont perdu les paris qu’ils faisaient (rires). Quand on voyait West Ham battre les grandes équipes, on se disait que le club allait remporter toutes ses autres rencontres. Mais comme c’est en Angleterre, rien n’est facile. Chaque week-end, c’est un autre match. Il n’y a pas de petites équipes. Cette année, ce qui m’a marqué c’est aussi le nombre de points que West Ham a obtenu (62 points). C’était la première fois que le club enregistrait autant de points. On est aussi qualifie à l’Europe grâce à Manchester United (vainqueur de Crvstal Palace en finale de la Cup).

Vous avez acquis une nouvelle dimension à West Ham. Comment êtes-vous perçu par les supporteurs, les dirigeants ?

A West Ham, je me sens comme chez moi. Les supporteurs, les dirigeants, le coach, tout le monde m’aiment. Moi aussi je les aime bien. Je le leur rends sur le terrain. Quand tu es admiré et aimé comme cela, c’est sur le terrain qu’il faut leur rendre la pareille. Sur le terrain, j’essaie tout le temps de donner le meilleur de moi-même. J’ai oublie tous les matchs que j’ai déjà joués. Comme me dit souvent mon père, le plus important, ce n’est pas le passé, c’est le présent et le futur. C’est cela qui fait ma force. Je me prépare toujours pour les matchs qui arrivent.

Vous avez été récompensé par une prolongation de contrat jusqu’en 2021. C’est une satisfaction ?

C’est une satisfaction. C’est un signe de confiance. West Ham voulait vraiment blinder tous ses joueurs. Au début, cela n’était pas facile. On a beaucoup couru mais on a finalement trouvé un terrain d’entente. Moi, je suis content et eux aussi le sont. J’espère que cela va me porter chance.

Vous avez fait vos preuves à West Ham. N’avez-vous pas des envies d’ailleurs ?

On a tout le temps quelque chose à prouver. Maintenant, West Ham a un grand projet avec le nouveau stade et une équipe qui veut se faire un nom en Angleterre. En voyant le recrutement que le club a fait la saison dernière avec les venues de Manuel Lanzini et Dimitri Payet, on voit que le club a des ambitions. Je suis aussi ambitieux. Je l’ai toujours été et cela ne va pas changer. Quand on joue, c’est pour aller le plus haut possible. J’essaie de tout faire pour emmener West Ham au plus haut niveau. C’est mon travail et j’essaie de le faire. Tant que je suis à West Ham, j’essaie de me consacrer au club.

Vous avez décroché l’Europa League, cette saison. L’année prochaine, vous allez peut-être viser la Ligue des champions et pourquoi pas le titre de champion, comme Leicester…

Comme je viens de le dire, je suis un joueur ambitieux. C’est mon rêve de jouer la Ligue des champions. Quand le venais en Angleterre, certains disaient que Je n’allais pas réussir. Je connais mes qualités et je crois en moi. Je sais ce que je peux faire. Le plus important est de travailler et de croire en soi. Quant tu vois qu’il y a beaucoup de gens qui sont derrière toi, te supportent et se fatiguent pour toi, tu n’as pas le choix. Il faut seulement cravacher dur pour leur faire plaisir. Là, on est qualifié pour l’Europa. C’est quelque chose de bien. Ce n’est pas nouveau pour moi parce que je l’ai déjà jouée avec Anderlecht. J’ai aussi joué la Ligue des champions. On va essayer d’y aller mollo-mollo car il y a des joueurs qui découvrent l’Europa League. Un va la jouer pour essayer de faire quelque chose et surtout apprendre. C’est un club qui vient d’arriver et on va s’y prendre doucement. Il ne faut pas se précipiter. Step by step comme les Anglais le disent. On a quelques mois devant nous. Maintenant, il y a l’équipe nationale. Après, il y aura les vacances. Il y a un nouveau travail qui commence parce que cela ne sera pas facile. La concurrence va être rude parce que de nouveaux joueurs vont arriver. Tous les joueurs voudront jouer. Il faudra seulement se préparer pour la saison prochaine.