Partager

S’il y a un joueur pour qui la qualification à la Can a une saveur particulière, c’est bien Pape Alioune Ndiaye. Titularisé pour la première fois en match officiel avec l’Equipe nationale, le milieu de 25 ans a été la surprise du coach Aliou Cissé face au Burundi qui l’a préféré à Moussa Konaté sur le côté gauche de l’attaque. A l’instar de sa belle prestation lors du Challenge Mandela perdu (0-1) le 8 septembre dernier face à l’Afrique du Sud, le joueur formé à Diambars a encore sorti son épingle du jeu. Et même s’il a évolué dans une position inhabituelle d’excentré, PAN a montré de belles choses. Sans rechigner à la tâche, il ne s’est pas économisé pendant les 80 minutes passées sur le terrain. Décalé par Sadio qui avait traversé tout le terrain, il a vu sa frappe enroulée contrée (26e). Quelques minutes après, il a aussi tenté un petit pont sur un joueur burundais et obtenu un coup franc (35e). Avant l’heure de jeu, l’auteur de 11 buts cette saison en Turquie avec Osmanlispor aurait même pu ouvrir son compteur but en Equipe nationale, si le gardien des «Hirondelles» n’avait pas repoussé son tir enroulé à l’entrée de la surface (58e). Il n’a pas non plus hésité à venir prêter main-forte à la défense. Remplacé à dix minutes de la fin par Konaté, il a rejoint le banc avec le sentiment du devoir accompli, le tout sous les yeux de sa grande sœur, fonctionnaire des Nations Unies à Bujumbura.