Partager
La FSF ne fait pas de fixation sur un match

C’est un Me Augustin Senghor souriant et très ému suite à la qualification des Lions à la prochaine Coupe d’Afrique des nations, qui s’est prêté à nos questions, samedi à l’hôtel où loge l’équipe nationale du Sénégal. Dans cette interview, le président de la Fédération sénégalaise de football a abordé beaucoup de sujets notamment la prochaine Can et le problème d’équipementier qui pose toujours débat surtout avec ce ticket décroché pour Gabon 2017.

C’est la 3ème qualification à la CAN sous votre magistère. Est-ce que celle-ci a une saveur particulière pour vous?

Je pense que c’est assez particulier pour nous autres membres de la fédération parce que cette qualification est l’aboutissement de tout un travail fait en amont en partant des expériences passées. On a eu à travailler sur le profil du staff, sur le profil du joueur sénégalais que nous voulions par rapport à cette campagne. Je pense que c’est cela le plus important. Nous avons pu arriver, pour le moment en tout cas, à remotiver les joueurs et amener une nouvelle démarche et une nouvelle conscience. Ce qui fait qu’ils ont pu faire des éliminatoires assez abouties. Je pense que rares sont les équipes qui ont eu la chance, lors de ces qualifications, de gagner 5 matchs sur 5 et de se qualifier avant l’heure. Mais aussi je pense que de plus en plus, au plan mental, des progrès énormes sont en train d’être faits par nos joueurs. Je ne me souviens pas, ou cela doit remonter à longtemps, d’éliminatoires où le Sénégal a pratiquement gagné tous ses matchs à l’extérieur. C’est cela qu’il faut magnifier. Et c’est pour cela aussi que cette qualification revêt une saveur particulière. Je pense aussi que nous devons considérer que c’est maintenant que les choses commencent. En nous étant qualifiés à trois reprises sur 4 CAN possibles depuis 2010, nous avons montré que nous avons le niveau pour bousculer les meilleurs. Mais, l’objectif maintenant est d’être parmi les meilleurs parce qu’ils font qu’on se remette en question. Qu’on se regarde en face en se disant que sur cette CAN, on doit s’attendre à aller plus loin que lors des éditions passées. C’est sur cela aussi que les Sénégalais nous jugerons et nous en avons pleine conscience.

Vous voulez dire qu’il est temps que les éliminations précoces le comme lors des deux dernières Can cessent ?

Le staff, la fédération, l’Etat, nous devons encore redoubler d’efforts. Tout ce que nous avons fait en termes d’organisation, de motivation des joueurs, d’accompagnement, mais aussi tout ce que les joueurs ont fait en termes d’abnégation et de travail. Nous devons redoubler d’effort pour offrir aux sénégalais un retour en quart de finale d’abord et à partir de là, tout sera possible. Mais aujourd’hui il faut féliciter tout le monde. D’abord les joueurs qui ont un état d’esprit irréprochable. Ils ont montré qu’ils sont professionnels jusqu’au bout et savent gérer la pression, les conditions difficiles pour toujours s’en sortir. En attaque, on voit aussi qu’on est réguliers. Maintenant, que ce soit à l’extérieur ou à domicile, on marque au moins deux buts.  Tout cela fait que nous avons des raisons d’espérer mais à condition que de ne pas dormir sur nos lauriers.

Une belle qualification au moment où l’équipe peine encore à se trouver un équipementier. Que comptez-vous faire dans un avenir proche afin de décrocher un nouveau contrat avant la Can?

Nous avons beaucoup de contacts à ce niveau là. J’ai toujours eu à le rappeler, nous ne sommes pas dans les dispositions de brader notre maillot national. Nous venons de nous qualifier à une CAN, mais nous avons à l’horizon les éliminatoires de la coupe du monde. Signer un contrat qui n’est pas à notre avantage et nous qualifier à la coupe du monde ou être en position de nous qualifier et nous rendre compte que c’est un contrat qui nous lèse, c’est la pire des choses. Nous préférons prendre notre mal en patience. Nous avons confiance en notre équipe. C’est une équipe appelée à aller de l’avant. Quand nous serons en posture de négocier à notre avantage, je pense que nous pourrons finaliser un bon contrat qui va rapporter un plus au football sénégalais en termes de moyens. Aussi bien à notre équipe national qu’au football local qui est en train de se développer et a besoin de plus de moyens. Tout ce qui nous a été proposé est largement en deçà de ce que nous avions avec PUMA. C’est pour cela que pour le moment, c’est nous qui refusions de signer mais les propositions ne manquent pas. Comme on l’a dit, on prendra le temps qu’il faut. On a jusqu’au mois de décembre au moins pour finaliser quelque chose. J’espère qu’avec les deux premiers matchs des éliminatoires de la coupe du monde, ils feront des prestations tellement extraordinaires que les équipementiers vont courir pour signer.