Partager

L’ancien international sénégalais Salif Diao a jugé encourageant le jeu de l’équipe nationale du Sénégal, en particulier lors de son dernier match amical contre le Rwanda (2-0), appelant à une union sacrée autour du sélectionneur Aliou Cissé.

« Je pense qu’il y a beaucoup de talents. Et, je n’ai pas trop suivi l’équipe. Je suis de loin, mais je n’ai pas eu à suivre les matchs. J’ai suivi peut-être une vingtaine de minutes du dernier match contre le Rwanda, mais c’était plaisant à voir. J’étais vraiment heureux de voir ce qui s’est passé », a-t-il dit, mercredi à Paris, au sortir d’une audience avec le président de la République, Macky Sall.

Salif Diao, qui accompagnait un groupe d’amis du consortium Altay Festo, a jugé encourageante la prestation des Lions à Kigali, lors du match amical contre le Rwanda.

« C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de critiques, mais ce que j’ai vu contre le Rwanda était vraiment encourageant », a insisté l’un des héros du mondial 2002, qui avait vu les Lions atteindre les quarts de finale.

Il a exhorté le sélectionneur national Aliou Cissé à continuer dans la même lancée, demandant également qu’ »on l’accompagne ». « Le talent est là, maintenant il faut faire bloc autour de lui, pas derrière lui. Parce que les supporters au Sénégal vous disent : on est derrière vous. Je dis non : vous êtes avec nous », a lancé le joueur.

A la question de savoir s’il pensait à un rôle autour de la sélection nationale, il a répondu : « La sélection nationale ? ça, c’est à voir. Je dirais, le foot a été une parenthèse de ma vie. J’en suis content et fier, mais j’aimerais que les gens se souviennent de moi au Sénégal pour ce qu’on est en train d’entamer aujourd’hui, c’est-à-dire l’éducation des futurs Sénégalais ».

Il a révélé que sa fondation « Sport 4 charity », qui utilise le football comme la carotte pour pousser les enfants à rester à l’école, parraine 4000 enfants au Sénégal. Selon lui, 20 jeunes sénégalais ont ainsi pu décrocher une bourse scolaire aux États-Unis.

« C’est dans cette lancée que j’ai demandé à mes amis de venir m’accompagner sur le système éducatif au Sénégal (…) », a poursuivi Salif Diao.

Selon lui, le Sénégal étant son pays, il a souhaité que l’expérience du consortium bénéficie d’abord au Sénégal pour aider les futurs étudiants à être à niveau dans le domaine technologique.