Alioune Cissé, ancien joueur NGB: « Je suis le seul noir capitaine en...

Alioune Cissé, ancien joueur NGB: « Je suis le seul noir capitaine en Tunisie »

Partager

Capitaine du Niary Tally de 2012 qui a soulevé la Coupe de la Ligue, seul trophée majeur des Galactiques, Alioune Cissé roule sa bosse en Tunisie depuis maintenant trois saisons. Leader né, le joueur polyvalent raconte dans cet entretien sa belle aventure au Stade Gabésien dont il porte le brassard depuis l’année dernière

Alioune, comment se passe votre aventure en Tunisie ?

Super. Je n’ai pas eu de problème. Même au début. J’étais seul ici mais cela s’est bien passé. Je me suis  rapidement intégré et adapté. tout le monde m’a très vite adopté ici. Mes coéquipiers, mes encadreurs et les supporters tous m’estiment beaucoup. d’ailleurs, je suis actuellement le seul capitaine noir en première division tunisienne. Je joue pratiquement tous les matchs. Et les supporters chantent mon nom très souvent. Ils scandent «Cissé Makhalam, Cissé Makhalam», cela signifie «Cissé le patron». Ici quelles que soient tes origines, quand tu joues bien les supporters te montrent un attachement indéfectible. Je suis vraiment à l’aise ici.

A vous entendre parler, on peut considérer que vous ne pensez même plus à l’Europe ?

Ah si. Ce n’est pas pareil. Même les gens ici me souhaitent un contrat dans un bon championnat européen. Ils pensent que je n’ai plus rien à prouver en Tunisie. Il y a même plusieurs grands clubs tunisiens qui me veulent mais mon souhait c’est d’aller découvrir l’Europe. Je veux jouer dans des championnats médiatisés. Je veux  être suivi. Le Maghreb pour moi, c’est un tremplin. C’est pour débuter.

Vous devez vous dire que vous avez le niveau de l’Europe surtout quand vous voyez vos anciens partenaires de la sélection locale Baye Oumar Niasse et Stéphane Badji avec qui vous avez remporté le tournoi Uemoa  2011 ?

Justement, c’est vraiment cela. Et sincèrement, les gens ici prient maintenant pour que je franchisse ce palier.

Sinon comment vous avez atterri en Tunisie ?

En fait, je suis venu en 2013 après le match aller des éliminatoires du ChAN (ndlr : 2014 en Afrique du sud) contre la Mauritanie. C’est en regroupement que l’on m’a annoncé que tout était oK. L’agent qui a effectué le transfert m’a vu jouer avec Niary tally en championnat contre diambars. on avait gagné 1-0. Il n’était pas venu me voir mais comme j’avais fait un grand match, il m’a contacté à la fin du match. Il m’a dit qu’il était séduit par mon jeu. L’agressivité, la technique et la justesse dans les choix. Ce jour-là je jouais milieu. Il m’a donc présenté au Stade Gabésien à ce poste mais depuis mon arrivée, on m’utilise partout. Mes coachs sont étonnés de ma polyvalence. Ils se demandent souvent si je suis gaucher ou droitier. Ma première année ici, j’ai même joué plusieurs fois en attaque.

Mais honnêtement c’est quoi votre poste de prédilection ?

Je suis à l’aise partout, latéral ou milieu défensif. La différence c’est que quand je joue latéral, je fais plus de passes décisives mais lorsque je suis milieu je marque plus.

Avec le Stade Gabésien, vous avez découvert la Coupe de la Caf cette année…

oui. Et cela se passe super bien. C’est une très bonne expérience. Nous avons tour à tour éliminé une équipe malienne (AS Bakaridjan), l’AS Kaloum de Guinée et une équipe de la Zambie (Zanaco FC).

Et selon vous pourquoi les équipes sénégalaises ont du mal à aller loin dans ces compétitions?

Les conditions de préparation ne sont pas les mêmes. Il faut plus de moyens aux clubs sénégalais. on doit progresser à tous les niveaux. Il faut que les joueurs soient dans de meilleures conditions. Ce n’est pas pour rien qu’il y a beaucoup de clubs arabes qui intègrent la phase de poules.

C’est quoi donc la différence entre le professionnalisme au Sénégal et en Tunisie par exemple ?

C’est complètement différent. Ici tu es pro et tu vis pro. Les conditions de vie sont meilleures, les salaires sont  meilleurs, les terrains sont meilleurs et le public vient en masse au stade. Même sur le plan du jeu, ici c’est plus rapide et tactique. Mais les Sénégalais qui sont là s’adaptent très vite. Ils se débrouillent pas mal dans leur club. Il y a les Mbaye Ndiour (ex Douane et Jaraaf),Matar Fall (ex Diambars), Emmanuel Gomis (ex Diambars), etc.

Sinon quelles sont vos meilleurs souvenirs de joueurs au Sénégal ?

La Coupe de la Ligue que j’ai remportée avec mon club de coeur, Niary tally, en 2012 devant l’AS Pikine. Je suis né et j’ai grandi à Niary tally. C’est une fierté pour moi d’avoir porté les couleurs de ce club. C’est grâce à cette équipe que je suis là aujourd’hui.

-STADES