Diao Baldé Keïta décline ses ambitions : « J’espère faire mieux qu’El...

Diao Baldé Keïta décline ses ambitions : « J’espère faire mieux qu’El Hadji Diouf »

Partager

Depuis qu’il a rejoint la Tanière en mars dernier, la situation de Diao Baldé Keita a radicalement changé en club. Le natif d’Arbùcies est devenu titulaire à la Lazio. Et voit son ambition grandir. La nouvelle coqueluche du stade Léopold Sédar Senghor se confie à Stades.

Comment se passe votre fin de saison avec la Lazio ?

Ça se passe super bien et je suis content de faire partie du groupe de la Lazio qui reste une équipe pleine d’histoire. Être sociétaire de la Lazio n’est pas donné à tout le monde. Et si moi j’y suis, je dois être content et continuer mon travail comme je l’ai toujours fait jusqu’ici.

Depuis votre retour de sélection, vous êtes devenu titulaire à la Lazio. est-ce que ça veut dire que l’équipe nationale du Sénégal vous a beaucoup aidé ?

Là, je suis super content. Depuis le mois de mars, je suis régulièrement titulaire et j’ai un bon temps de jeu. Être titulaire dans cette équipe reste une fierté pour moi. Non seulement, cela me permet de montrer mes capacités, mais cela m’aide aussi à progresser.

Quel objectif vous êtes vous fixé ?

C’est clair que mon objectif, c’est de m’améliorer tous les jours dans ce que je fais afin d’aller le plus loin possible. Je sais que je peux y arriver parce que j’y travaille tous les jours.

Qu’est-ce que l’équipe nationale du Sénégal a changé en vous ?

J’ai toujours eu la même tête avant d’arriver en sélection (rires). Être déjà international est extraordinaire. Ce qui reste important, c’est que j’ai toujours eu le Sénégal dans mon cœur et dans mon esprit. J’ai toujours supporté l’équipe de mon pays parce que c’est une fierté aussi d’appartenir à ce beau pays, qu’est le Sénégal. J’ai attendu le bon moment pour faire le bon choix.

Quelle appréciation faites-vous de l’accueil du public sénégalais ?

Je ne m’attendais pas à un accueil aussi chaleureux du public sénégalais et de l’ensemble de la population du pays. J’étais très ému par tout ce que j’ai vu. Maintenant, à moi de rendre la monnaie de la pièce à ce beau peuple en donnant tout ce je que j’ai sur le terrain.

À l’aller à Dakar contre le Niger, le public a réclamé votre entrée en jeu…

C’était vraiment fabuleux. C’est une sensation plus forte que lorsque l’on marque un but. Il fallait vraiment être à mes côtés pour comprendre mon émotion. Je n’en reviens toujours pas. La sensation était tellement forte que je n’ai pas de description exacte à lui donner. C’était vraiment extraordinaire.

El Hadji Diouf dit de vous que vous devez réécrire l’histoire de la sélection. Une grosse pression pour vous ?

Je suis très content d’entendre El Hadji Diouf parler ainsi de moi. C’est un monument du football sénégalais dont il a écrit l’histoire. Personnellement, j’espère faire mieux qu’El Hadji Diouf pour aussi faire partie de l’histoire du football de notre pays.

À 21 ans, ne pensez-vous pas que vos épaules sont encore frêles pour porter le jeu des Lions ?

Non pas du tout. Le plus important se passe sur le terrain. Moi, je ne pense qu’à jouer mais non à me focaliser sur des détails. En sélection, on vient pour jouer pour son pays et défendre les couleurs nationales. Aujourd’hui, on doit mouiller le maillot en bon patriote et essayer de jouer collectivement. C’est ce qui importe le plus.

Cette équipe du Sénégal a-t-elle les moyens de remporter la prochaine Coupe d’Afrique ?

Avec les joueurs de qualité que nous avons, nous ne devons penser qu’à ramener une Coupe d’Afrique au Sénégal. Je pense que nous avons le groupe et le staff technique qu’il faut. Maintenant, on doit se persuader que le peuple a besoin de voir ce trophée continental à Dakar.

Des observateurs pensent qu’avec Sadio Mané, vous pouvez former un duo redoutable …

Ça c’est vrai. Nous mêmes, nous pensons ainsi. Je pense que pour cela il faut qu’on joue régulièrement ensemble. Tout se passera dans le terrain mais non pas en dehors. Sadio a des qualités que tout le monde connaît. Et je pense que ça viendra en fonction des besoins du sélectionneur.

Comment avez-vous été accueilli par Fadiga et Diouf, deux anciens qui sont au contact de l’équipe nationale ?

J’ai rencontré les deux anciens de l’équipe nationale. Ils m’ont tous bien parlé. on a bien discuté et ils m’ont donné des conseils valables. La Fédération connaît mes relations avec Khalilou Fadiga qui me porte dans son cœur.

-STADES