Partager

La quatrième victoire du Sénégal dans les éliminatoires de la CAN 2017 contre le Niger, le 29 mars dernier, n’avait pas permis aux Lions de composter leur ticket pour le Gabon. Elle n’a pas, non plus, apporté des réponses aux nombreuses interrogations du public sénégalais sur la qualité du jeu sénégalais

Alors que la qualification à la prochaine CAN s’est grandement rapprochée pour le Sénégal après le succès des Lions sur le Niger à Niamey (1-2), le 29 mars dernier, le quatrième en autant de sorties en éliminatoires pour Gabon 2017, le public sénégalais était partagé entre soulagement et craintes. Soulagement parce que les portes du Gabon sont entrouvertes, mais craintes de voir le syndrome des éliminatoires précoces, au 1er tour, comme en 2012 et 2015, refaire surface en février prochain chez les Panthères. Des craintes amplement justifiées, tant le jeu produit par les Lions tout au long de ces éliminatoires laisse le public dubitatif. Et le débat a été remis au goût du jour au retour de Niamey. Plus que le réalisme des Lions, le public sénégalais veut des assurances sur la capacité de Sadio Mané et sa bande à rivaliser avec les cadors africains. Surtout que depuis l’arrivée d’Aliou Cissé sur le banc sénégalais, les Lions ont plié à chaque fois qu’ils ont croisé des sélections d’un certain standing, notamment l’Algérie et l’Afrique du Sud en amical, sur le même score (1-0).

Diao Keïta à gauche, Sadio dans l’axe, le nouveau départ ?

Sadio Mané, justement, dont le rendement chez les Lions reste en deçà des attentes du public. Mais si le joueur de Southampton rend de si pâles copies en sélection, c’est en partie à cause de son positionnement sur le flanc gauche de l’attaque selon plusieurs observateurs. Un avis partagé par l’ancien sélectionneur des Lions, Amara Traoré qui a déclaré récemment dans Stades que l’enfant de Bambali n’est jamais plus rayonnant que dans l’axe, derrière l’attaquant. L’ancien coach de la Linguère qui s’est réjoui de l’arrivée de Baldé Diao Keïta dans la Tanière a ainsi suggéré le positionnement du joueur de la Lazio Rome dans le couloir gauche des Lions et le recadrage de Sadio Mané dans l’axe. Un réaménagement qui semble parfaitement convenir à Malick Daf. «Il est vrai que Baldé Diao Keïta vient d’arriver et qu’il faut lui laisser le temps de s’adapter, mais il  pourrait effectivement occuper ce couloir gauche et permettre à Sadio de coulisser dans l’axe», admet le coach de l’US Ouakam.

Mais, s’empresse-t-il de préciser, «l’animation du jeu concerne toute l’équipe, pas un seul joueur. Cela commence par une occupation rationnelle du terrain. Maintenant, dans cette équipe du Sénégal, il y a plusieurs joueurs qui ont une bonne qualité technique qui leur permette de parfaire l’animation du jeu des Lions. À commencer par l’axe central de la défense avec Kara Mbodj et Kalidou qui sont techniquement bien outillés et qui ont une bonne qualité de relance. Sans oublier un Pape Souaré à gauche. Ajouté à cela, le milieu de terrain composé de Gana Guèye et de Cheikhou Kouyaté, il y a vraiment de quoi arriver à une bonne animation du jeu des Lions». Toutefois, souligne l’ancien coach du Port, «il est vrai que le numéro 10 est le dépositaire du jeu de l’équipe».

Parlant de Pape Kouly Diop qui revient en forme avec son club de l’Espanyol Barcelone (3 buts en championnat) et Pape Alioune Ndiaye (11 buts avec Osmanlispor), Malick Daf rappelle qu’«ils sont dans le groupe de performance d’Aliou Cissé», estimant que le sélectionneur des Lions ne se privera pas de les utiliser. Dans tous les cas, admet le technicien, «l’animation du jeu des Lions doit être améliorée et Aliou Cissé en est le premier conscient. Maintenant, il faut se féliciter des performances de l’équipe qui a aligné 4 victoires dans ces éliminatoires et qui est presque qualifiée».

Pape Alioune Ndiaye un meneur, Kouly Diop plutôt relayeur

Abatalib Fall ne dit pas le contraire. «Il est vrai que l’animation du jeu des Lions fait défaut. Maintenant, le coach a ses certitudes et tout dépend de sa philosophie de jeu». Quid de la position de Sadio Mané ? L’ancien coach de la Renaissance et de l’USO persiste, «seul le coach peut trancher cette question et je pense qu’il y réfléchit». Toutefois, ajoute-t-il, «maintenant que l’équipe est presque qualifiée pour la CAn, c’est le moment d’essayer de nouveaux schémas, notamment à l’occasion des prochaines dates FIFA». Sur le repositionnement de Sadio Mané dans l’axe et l’occupation du couloir gauche par Baldé Diao Keïta, Abatalib Fall n’est pas contre, surtout que, estime-t-il, «si Sadio joue dans l’axe, il sera en même temps chargé de l’animation du jeu». Sur l’option Pape Alioune Ndiaye ou Pape Kouly Diop comme meneur de jeu des Lions, il tranche, «je vois beaucoup plus Pape Alioune ndiaye dans le rôle de meneur de jeu, Kouly Diop est plutôt un relayeur. Maintenant, il a une certaine qualité technique qui lui donne notamment une certaine aisance sur les balles arrêtées».Mais s’il y a un point sur lequel Abatalib Fall ne s’accorde pas du tout avec le sélectionneur des Lions, c’est le positionnement de Mame Biram Diouf a droite de l’attaque. «Mame Biram pose problème à droite. Ce n’est pas un joueur de couloir, c’est un finisseur. Il freine le jeu de l’équipe quand il est à droite et bloque l’animation offensive des Lions», conclut le technicien.