Partager

Devenu entraîneur des gardiens de l’Equipe nationale avec l’arrivée d’Aliou Cissé à la tête de la Tanière, Tony Sylva (40 ans) évoque la concurrence entre Abdoulaye Diallo et Khadim Ndiaye, et prédit un avenir radieux à Pape Seydou Ndiaye.

Numéro un dans la hiérarchie des gardiens depuis l’arrivée d’Aliou Cissé, Abdoulaye Diallo est bien parti pour être titulaire au match de samedi contre le Niger à Dakar. Malgré un temps de jeu faible à Rennes cette saison (630 minutes jouées), le portier de 23 ans semble encore tenir la corde, si on se fie aux dires de Tony Sylva. «Il ne faut pas mélanger les choses», affirme d’emblée l’ancien gardien des «Lions» en 2002 et actuel entraîneur des gardiens de la sélection, qui prend son propre exemple. «J’au vécu cette situation par le passé (quand il jouait à Monaco, 95/96, 97/2000 et 2001/2004, Ndlr), mais ça ne m’empêchait pas de faire mes matches en Equipe nationale.» Il ajoute : «On a démarré avec Abdoulaye Diallo et il s’en est bien sorti pour tous les matches qu’il a joués. C’est vrai que Khadim joue (en club, avec Horoya Ac, Ndlr) et lui ne joue pas en club, parce qu’il est deuxième gardien. N’empêche, il fait ses matches en sélection (…), donc pourquoi polémiquer sur ça ?»

«Abdoulaye Diallo s’en est bien sorti pour tous les matches qu’il a joués»

Mais avec seulement 7 titularisations depuis le début de la saison, l’ancien portier de 40 ans sait que son jeune successeur en Equipe nationale gagnerait à trouver du temps de jeu pour continuer à garder son rang en sélection. «Je lui conseille de trouver un club l’année prochaine, comme je l’ai fait avec Monaco. Pendant des années, j’étais remplaçant», rappelle Tony Sylva, qui a été plusieurs fois prêté par Monaco, à Épinal (96/97), Ajaccio (2000/2001), avant d’être numéro un à Lille 2001/2008. «A un moment donné, il faut prendre des décisions, quitte à sacrifier beaucoup de choses pour aller dans un autre club où est sûr de jouer.» Abdoulaye Diallo appréciera.

«J’espère que Khadim Ndiaye ne restera pas dans cette situation»

Toutefois, derrière le Rennais, Khadim Ndiaye s’affirme comme un sérieux challenger dans la cage des «Lions». «Il joue en club et réussit ses matches. Ce n’est pas maintenant que je l’ai connu. Il a été titulaire avec l’Equipe nationale et tout le monde connait ses qualités», assure Tony Sylva. Il dit beaucoup de bien du gardien du Horoya, qui l’avait éjecté de la cage des «Lions» un certain soir de 23 mars 2010 à Vólos, en amical contre la Grèce (victoire 2-0) lors du premier match d’Amara Traoré comme entraîneur. «J’ai beaucoup de respect pour lui, mais le coach a démarré avec Diallo et il faut attendre», affirme-t-il, espérant que l’ancien de la Linguère «ne restera pas dans cette situation», car «c’est sûr que le coach prendra une décision à un certain moment.»

Paye Seydou «mérite» sa place

En attendant, Aliou Cissé a convoqué un nouveau gardien pour cette double confrontation avec le Niger, en la personne de Pape Seydou Ndiaye, le portier de Niary-Tally. Là non plus, Tony ne manque pas de compliments. «C’est sa première avec l’Equipe A, mais il a fait toutes les sélections (jeunes). Je pense qu’il mérite d’être là, parce que c’est un gardien qui a des qualités et que j’aime beaucoup, parce que c’est un travailleur.» Avec trois bons gardiens, le Sénégal est donc bien doté dans ce secteur de jeu. «Mon travail est de les préparer pour qu’ils soient en forme, mais c’est l’entraîneur qui prend la dernière décision», assure l’ancien international, qui apprécie les qualités du trio. Mais pour le moment, Abdoulaye Diallo reste maître de la cage des «Lions».