Partager
L’ancien attaquant nigérian Victor ikpeba, vainqueur des Jeux olympiques 1996 avec son pays, a rappelé, dans un entretien avec l’APS, le talent de « la grande équipe sénégalaise de 2000 », qui avait « causé beaucoup de problèmes aux Super Eagles » à la CAN de cette année-là.
« Je me souviens, une équipe tellement talentueuse mais jeune qui n’a pas su profiter certainement de son temps fort au cours de cette rencontre », a expliqué l’attaquant nigérian, invité de Génération Foot.
« C’était le match le plus difficile lors de cette CAN que nous avions perdue aux tirs au but contre le Cameroun », s’est souvenu l’ancien attaquant de l’AS Monaco (France), lié au président de Génération Foot, Mady Touré.
Le Sénégal, lors dirigé par Peter Schnittger, avait ouvert la marque par Khalilou Fadiga. Le Nigeria a mis du temps à revenir au score dans une ambiance tendue, avant de rejoindre les Lions grâce à son attaquant Julius Aghahowa. Les Super Eagles ont ensuite marqué un deuxième but pour remporter cette rencontre.
Revenant sur ce match au cours duquel le Sénégal a eu plusieurs occasions de but, Ikpeba poursuit : « C’était une belle équipe et ceux qui ont joué contre elle, n’ont pas été surpris qu’avec des renforts, elle ait joué les quarts de finale de la Coupe du monde deux années plus tard ».
« Avec un peu plus de réussite, le Sénégal aurait pu créer la sensation lors de cette CAN » 2000, a ajouté l’ancien attaquant, vainqueur de la Coupe du monde des moins de 20 ans en 1989.
A la question de savoir, si le Nigeria et ses stars n’avaient pas simplement sous-estimé le Sénégal, Ikpeba a répondu par la négative, affirmant que ce sont les Lions qui « ont posé des problèmes » à leur adversaire nigérian.
Selon lui, il est d’ailleurs légitime de se poser la question de savoir pourquoi le Sénégal, malgré ses nombreux joueurs de talent n’arrive pas encore à gagner une Coupe d’Afrique des nations (CAN).
Le Ballon d’or africain 1997, qui n’a jamais gagné un titre continental, indique que « ce pays a toujours regorgé de footballeurs de talent », mais ceux-ci doivent devenir davantage « des tueurs ».
« Contre Nasarawa, les jeunes de Génération Foot ont eu plusieurs fois l’opportunité de marquer, mais ils n’ont pas eu le geste décisif pour marquer et dans une rencontre de ce niveau, on ne peut pas se créer autant d’occasions et ne pas marquer », a dit le champion de France 1997 avec l’AS Monaco.